les presses du réel

The Measuring of Time

Laura Grisi - The Measuring of Time
Première monographie complète consacrée à Laura Grisi, cet ouvrage témoigne de la singularité et de la vision novatrice de l'artiste italienne Laura Grisi (1939-2017) dans l'histoire de l'art contemporain.
Le livre rassemble une vaste documentation sur les multiples facettes de la pratique, de la recherche et des voyages de Grisi, en se concentrant sur les années 1960-1970, avec des essais inédits du directeur artistique du Muzeum Susch, Krzysztof Kosciuczuk, du critique et commissaire italien Marco Scotini, de l'historienne de l'art française Valérie Da Costa, de l'écrivain et critique Martin Herbert, et de Giuliana Bruno, professeur d'études visuelles et environnementales à l'université de Harvard. Il comprend également la réédition d'un entretien fondamental avec Laura Grisi réalisé par Germano Celant en 1990.
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au Muzeum Susch en 2021.
Bien que son œuvre ait été le plus souvent « réduite » au Pop art italien – voire totalement ignorée –, Laura Grisi a dès le départ débordé la catégorie, évoluant entre diverses lignes de recherche artistique internationale (art conceptuel, art optique et art cinétique programmé, art minimal) et les intégrant dans sa propre synthèse originale. Dans le cadre d'une activité dont le motif fondamental est le « voyage » – des lieux éloignés visités et documentés à la multiplicité des médiums utilisés – Grisi incarne un sujet féminin apatride et nomade qui défie les politiques d'identité, l'univocité de la représentation et l'unidirectionnalité du temps.
Née à Rhodes, en Grèce, en 1939, éduquée à Paris et vivant entre New York et Rome où elle est décédée en 2017, Grisi a passé de longues périodes de sa vie en Afrique, en Amérique du Sud et en Polynésie. Cette implication avec des cultures au-delà de celles du monde occidental devait profondément marquer ses propres expériences dans la recherche d'une pensée cosmique ou d'une « science du concret » (Levi-Strauss). Bien qu'elle ait fait de la photographie la méthode originale de ses recherches au début des années 1960, elle passe ensuite aux « peintures variables » au milieu des années 1960 (avec des panneaux coulissants et des tubes au néon). À la fin des années 1960, elle crée des installations environnementales dynamiques dans lesquelles elle reproduit artificiellement des phénomènes naturels tels que le brouillard, le vent et la pluie, avant de parvenir, dans les années 1970 et 1980, à une forme verbale descriptive et à un langage mathématique comme outil conceptuel, afin d'explorer les mécanismes de la perception et de la connaissance humaines. L'ensemble de l'œuvre de Grisi s'efforce de prendre en compte l'ampleur, la multiplicité, l'imperceptibilité et la prolifération infinie de tous les possibles, mais part de contraintes précises, de lacunes paradoxales, de limites linguistiques et sémiotiques, selon une approche proche du Nouveau Roman, du cinéma de la Nouvelle Vague et du groupe de l'Oulipo.
Edité par Clément Dirié et Marco Scotini. Textes de Germano Celant, Krzysztof Kosciuczuk, Laura Grisi, Marco Scotini, Martin Herbert, Valérie Da Costa.
 
2021 (parution prévue au 4e trimestre)
édition anglaise
17 x 24 cm (relié)
272 pages (150 ill. coul. et 70 ill. n&b)
 
35.00
 
ISBN : 978-3-03764-566-6
EAN : 9783037645666
 
à paraître


 haut de page