les presses du réel

Success in Failure

Wolfgang Stoerchle - Success in Failure
Première monographie, d'envergure, consacrée à l'œuvre du vidéaste et performeur Wolfgang Stoerchle (1944-1976), figure artistique de la scène californienne des années 1970, issue d'un vaste travail de recherche et de trois expositions internationales.
Wolfgang Stoerchle est une figure artistique assez confidentielle des années 1970. Il a laissé une empreinte discrète mais certaine sur toute une génération d'artistes californiens, notamment grâce à ses vidéos et performances dont la matière première était son propre corps.
Né en 1944 à Baden Baden en Allemagne, Wolfgang Stoerchle et sa famille ont déménagé au Canada en 1959. Trois ans plus tard, en 1962, Wolfgang qui avait alors 17 ans part à dos de cheval avec son frère pour une traversée des États-Unis jusqu'à Los Angeles qui durera 11 mois. Wolfgang revendiqua ensuite ce voyage comme sa première œuvre artistique. Après avoir passé trois ans à l'Université d'Oklahoma puis deux ans à l'Université de Californie à Santa Barbara, Wolfgang Stoerchle devient l'un des premiers enseignants à California Institute of the Arts (CalArts) (James Welling, Matt Mullican, David Salle et Eric Fischl comptaient parmi ses étudiants). Son arrivée coïncide notamment avec la commercialisation du Portapak qui permettait à l'époque un usage totalement inédit de la vidéo. Wolfgang Stoerchle en produit plus d'une cinquantaine entre 1970 et 1972. Ce corpus est certainement un des ensembles les plus riches de son œuvre, s'inscrivant de manière évidente près de l'œuvre d'artistes tels que Bruce Nauman ou Vito Acconci. Il réalise également des performances emblématiques, utilisant son propre corps comme moyen d'expression, comme sa tentative d'avoir une érection devant un public avec la seule force de son esprit (réalisée pour la première fois dans l'atelier de Robert Irwin en 1972). « Je me souviens tout particulièrement d'une performance, qui avait lieu je crois au dernier étage d'un loft où il y avait pas mal de monde. Il était là, debout devant nous, nu, les yeux fermés à essayer sans y parvenir d'avoir une érection. C'était une très mauvaise idée, mais c'était tellement bien. » (William Wegman).
Wolfgang Stoerchle a marqué la scène artistique de Los Angeles de manière significative. Travaillant souvent avec des notions d'inconfort et de vulnérabilité, dans un espace flou entre humour et sincérité, ses œuvres ne « marchaient » pas toujours – et c'est là que résident leur efficacité. Lors d'une répétition d'une de ses pièces il décrira celle-ci comme un « succès par l'échec ».
Il déménage à New York en 1973 où il commence à se désintéresser du monde de l'art. Pendant deux ans, il voyage et fait de nombreuses retraites – étudiant ses rêves et vivant dans les montagnes mexicaines comme un ascète – avant de finalement s'installer à Santa Fe, où il revient lentement à la création artistique. Sa vie et son œuvre sont difficilement séparables. En 1976, il décède à l'âge de 32 ans dans un accident de voiture.
En dépit de sa faible visibilité, Wolfgang Stoerchle s'est imposé comme une figure pivot pour de nombreux artistes, ce qui révèle indéniablement l'importance et la nécessité de se confronter à son œuvre aujourd'hui.
Edité par Alice Dusapin.
Textes de Alice Dusapin et James Welling ; entretiens avec David Salle, Helene Winer, Matt Mullican, Paul McCarthy, Daniel Lentz.

Conception graphique : Coline Sunier & Charles Mazé.

Publié avec Daisy.
 
2021 (parution prévue au 3e trimestre)
édition anglaise
 
à paraître


 haut de page