flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Hippocampus
Cheikh Ndiaye [tous les titres]
Centres d'art, musées, galeries & varia [tous les titres]
Cheikh Ndiaye Hippocampus
Texte de Mamadou Diouf, entretien avec Cheikh Ndiaye par Valérie Knochel Abecassis.

Conception graphique : Kolektive studio / Lukáš Kijonka.

Publié par La Maréchalerie / ENSA V, École nationale supérieure d'architecture de Versailles et Sutures Edition.
paru en mai 2018
édition bilingue (français / anglais)
17,5 x 24,5 cm (relié, couv. toilée)
116 pages (ill. coul.)
22.00 €
ISBN : 978-2-918512-12-7
EAN : 9782918512127
en stock
 
Première monographie, documentant dix années de travaux de l'artiste sénégalais Cheikh Ndiaye. Consacré plus particulièrement à ses installations, l'ouvrage revient notamment sur le projet Hippocampus à La Maréchalerie de Versailles. Il comprend un texte de Mamadou Diouf et un entretien avec l'artiste.
Conçu comme une première monographie focalisée sur des installations, l'ouvrage fait suite à l'exposition de Cheikh Ndiaye à La Maréchalerie. Il réunit plusieurs projets d'installation réalisés depuis 2008, dont le projet Hippocampus réalisé en 2017 au centre d'art contemporain de Versailles. Un texte critique rédigé par Mamadou Diouf, y contextualise le travail de Cheikh Ndiaye en regard de la scène artistique africaine et revient d'une manière plus générale sur son travail. Un entretien entre l'artiste et Valerie Knochel Abecassis aborde la part picturale et documentaire de l'œuvre de Cheikh Ndiaye.
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Maréchalerie, centre d'art contemporain, Versailles, du 5 mai au 9 juillet 2018.
Diplômé de l'École Nationale des Beaux-Arts de Dakar et de Lyon, Cheikh Ndiaye (né en 1970 à Dakar, vit et travaille à New York et à Dakar) est particulièrement intéressé par l'architecture et l'urbanisme. Son œuvre, composée de peinture, de photographies et d'installations, est guidée par un regard singulier à l'informel qui est pour lui la base de toute sa pratique artistique. Tiré de la zone létale, l'objet ancien, est ramené à la vie. Les choses reviennent à leur plénitude matérielle et se projettent vers un nouvel imaginaire. Il a participé à de nombreuses expositions en Afrique et en Europe. Cheikh Ndiaye est lauréat du prix Natulis Art Temporary, Berlin, Allemagne en 2012 et lauréat du prix Linossier, France en 2008.