flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
234
Jef Geys [tous les titres]
Cneai [tous les titres]
Jef Geys 234
Publié avec Keymouse éditions.
paru en mai 2018
sans texte
21 x 29,7 cm (broché)
68 pages (ill. n&b)
40.00 €
en stock
 
Ce livre d'artiste rassemble les 67 photographies en noir et blanc de la planche contact n° 234 de la série de photographies prises par Jef Geys durant le Tour de France 1969, année de la première victoire d'Eddy Merckx qui eut lieu le 20 juillet, le même jour que le premier pas de l'homme sur la Lune.
Pendant l'été 1969 Jef Geys décide de suivre le Tour de France. Passionné de cyclisme comme beaucoup de ses compatriotes, l'artiste belge photographie les étapes de ce qui sera la première victoire d'Eddy Merckx. Il réalise alors une série de photographies qui juxtaposent des réalités plurielles : sociologiques, urbanistiques, ethnographiques ou artistiques. Les images traitent les coureurs à parts égales avec les fans et les badauds. Les logos et les publicités dans les villes-étapes constituent la littérature symbolique de l'évènement. Les points de vue sont ceux de l'amateur, du véritable amateur, de celui qui, dans un geste répétitif et rarement assouvi, sans projet esthétique aucun, incarnant la position critique la plus pure, est un voyeur.
Publié suite à l'exposition itinérante « Le Tour de France 1969 d'Eddy Merckx » au Cneai, Pantin ; CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux ; Bains-Douches d'Alençon ; centre d'art contemporain Passages, Troyes ; IAC, Villeurbanne, et galerie Air de Paris entre 2016 et 2018.
Jef Geys (1934-2018) est un artiste flamand. Son œuvre à dimension autobiographique et sociale opère une jonction constante entre culture et trivialité. Privilégiant le « monde comme support », Jef Geys a multiplié les expériences : travailler avec les comités de quartier, participer à l'activité d'un cabaret, exposer la pornographie, diriger un parti, participer aux grèves de Balen, travailler sur le langage populaire, mélanger les notions d'art mineur et d'art majeur… Autant d'expériences qui visent aussi à inscrire dans une puissance du quotidien ce que l'institution, le sens commun et le pouvoir ont tendance à marginaliser. Depuis 1971, l'artiste éditait le journal Kempens Informatieblad (en référence à la région des Flandres dans laquelle il vivait), publication à valeur documentaire accompagnant chacune de ses expositions. Il a notamment représenté la Belgique à la 53e Biennale de Venise en 2009.