les presses du réel

Oh, Tongue

Simone Forti - Oh, Tongue
Un carnet ouvert où l'auteur, la danseuse et chorégraphe américaine Simone Forti, nous invite à partager ses réflexions sur la danse, le corps, l'écrit, le monde… et nous donne à lire des extraits de son univers poétique. L'ouvrage comprend également un entretien de Forti avec Annie Suquet ainsi qu'une postface du poète et artiste Fluxus Jakson Mac Low.
Artiste américaine, Simone Forti développe un travail chorégraphique conceptuel et minimaliste. Elle étudiera la gestuelle des animaux dans leur quotidien et en élaborera un vocabulaire comportemental ; concevra des « portraits » naturels d'environnements et de lieux ; et inventera une danse narrative (Logomotion), qui mêle le corps à la parole avec, comme matériau principal, la presse quotidienne écrite. Dans ce livre (au titre évocateur, puisque tongue signifie la langue, l'organe…), elle entremêle réflexions sur la danse et le langage du corps, poésies, petits textes oniriques en prose poétique, ainsi que des notes et pensées sur la situation politique actuelle, avec une écriture dont le rythme fait penser à une chorégraphie poétique.
Dans ses notes et pensées politiques, Simone Forti développe une analyse fort critique à l'égard du gouvernement américain. À travers un long entretien inter-générationnel qu'elle imagine avec son père décédé, juif italien qui s'installe aux États-Unis pendant la guerre, elle nous invite également à l'accompagner dans un travail introspectif d'une grande pudeur – bien que procédant d'une réelle mise à nue. En introduction : un long entretien de Simone Forti avec Annie Suquet (historienne de la danse) permet de mieux connaître cette artiste incontournable de la scène artistique américaine.
La danseuse et chorégraphe Simone Forti est née à Florence en 1935 et émigre avec sa famille à Los Angeles, quatre ans plus tard. Après des études de psychologie et de sociologie, elle fréquente les milieux proches du courant de l'expressionnisme abstrait et entame une carrière de peintre. À partir de 1955, elle participe à San Francisco aux ateliers d'Anna Halprin qui enseigne l'improvisation conçue comme performance artistique.
Elle travaille avec celle-ci durant quatre années et intègre sa compagnie. C'est l'époque des premières « Tasks improvisations ». Arrivée à New York en 1960, Simone Forti étudie la composition au Merce Cunningham Studio avec le musicologue Robert Dunn et se familiarise aux pratiques aléatoires. Elle y rencontre Trisha Brown, Lucinda Childs, Yvonne Rainer et Steve Paxton. Elle collabore activement aux premiers happenings avec Robert Whitman, Jim Dine, Claes Oldenburg, Allan Kaprow… tout en concevant ses premières constructions de danse conceptuelles d'esprit minimaliste. Mais, absorbée par le happening, elle ne réapparaîtra comme chorégraphe qu'en 1967, à l'École des Arts visuels, en compagnie cette fois de Trisha Brown et de Steve Paxton. La fin des années 1960 seront marquées par son adhésion au mouvement psychédélique ainsi qu'à ses réflexions autour du mouvement animal. Dans les années 1980, elle fonde la Simone Forti & Troupe et développe la danse narrative, qu'elle nomme Logomotion.
 
Postface de Jakson Mac Low.
Entretien avec Simone Forti par Annie Suquet.
Traduit de l'anglais (américain) par Christophe Marchand-Kiss (titre original : Oh, Tongue, Beyond Baroque Foundation, 2003).

Publié avec la HEAD, Genève.
 
paru en mai 2009
édition française
15 x 21 cm (broché)
176 pages
 
17.00
 
ISBN : 978-2-84761-968-3
EAN : 9782847619683
 
en stock


 haut de page