les presses du réel

J'étais plus américain que les AméricainsSylvère Lotringer en conversation avec Donatien Grau

Sylvère Lotringer, Donatien Grau - J\'étais plus américain que les Américains
Sylvère Lotringer qui, dans les années 1970, importa aux États-Unis la French Theory avec Semiotext(e), retrace son parcours au fil de conversations avec Donatien Grau.
Au milieu des années 1970, Sylvère Lotringer a créé Semiotext(e), un groupe philosophique devenu magazine puis maison d'édition. Depuis sa création, Semiotext(e) est le lieu de rencontres libres : John Cage lisant Nietzsche, à travers Deleuze ; punk et philosophie; la possibilité de sexualités et de politiques alternatives ; le dialogue immédiat entre artistes et philosophes. La vie artistique et intellectuelle américaine des cinquante dernières années en est largement tributaire. Le modèle de la revue et de la maison d'édition tourne essentiellement autour de la notion de collectif, et leur créateur Sylvère Lotringer s'est rarement livré à la continuité de son parcours personnel : son existence d'enfant caché pendant la Seconde Guerre mondiale ; l'expérience libératrice puis traumatisante du collectif dans le kibboutz ; son activisme parisien dans les années 1960 ; son temps d'errance, qui le mena, par Istanbul, aux États-Unis ; et puis, bien sûr, ses années américaines, la façon dont il mêlait sa vie nocturne à l'expérimentation formelle qu'il a inventée avec Semiotext(e) et avec ses cours.
Depuis le début des années 2010, Donatien Grau a pris l'habitude de rendre visite à Sylvère Lotringer lors de ses voyages à Los Angeles ; certains de leurs dialogues ont été publiés ou tenus en public. Ceux-ci nous donnent accès à la vie de Sylvère Lotringer, ses amitiés, ses choix, son admiration pour certains des plus grands penseurs de notre temps. Les conversations montrent des éclats de vie, des traces d'un voyage, à travers les textes et l'existence elle-même, avec une intensité rare.
Philosophe français, Sylvère Lotringer (né en 1938 à Paris, vit et travaille à New York et à Baja, Californie) est le fondateur de Semiotext(e), maison d'édition indépendante et revue avec laquelle il a importé aux États-Unis, dans les années 1970, la French Theory, diffusant la pensée de théoriciens français comme Deleuze et Guattari, Baudrillard, Virilio, Foucault ou Clastres.
Professeur à l'université Columbia University de New York, il est notamment l'auteur, avec Paul Virilio, de Pure War (1997) et de The Accident of Art (2005), de French Theory in America (2001, avec Sande Cohen) et de d'Overexposed: Perverting Perversions (2007).
Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, agrégé des Lettres, Donatien Grau, critique d'art et écrivain, enseigne la littérature française et comparée à l'Université Paris-Sorbonne. Membre membre du comité de rédaction des revues Commentaire et La Règle du Jeu, contributing editor de Flash Art, il s'intéresse à la transmission de la culture classique et aux liens entre art et littérature.
Donatien Grau est l'éditeur du recueil de textes d'Olivier Zahm : Une avant-garde sans avant-garde – Essai sur l'art (Les presses du réel & JRP|Ringier).
 
paru en juin 2021
édition française
11,8 x 19 cm (broché)
96 pages
 
15.00
 
ISBN : 978-2-88928-080-3
EAN : 9782889280803
 
en stock
 
dossier de presse
Sylvère Lotringer, Donatien Grau : autres titres








 haut de page