Malgré les mesures de confinement, la distribution reste active : l'ensemble du catalogue est ainsi disponible pour les commandes-retraits en librairie aussi bien que pour les commandes en ligne sur notre site. Merci pour votre soutien !
les presses du réel

Succession of Timbres With one Partial in Common (vinyl LP)

Sébastien Roux - Succession of Timbres With one Partial in Common (vinyl LP)
Sébastien Roux pousse à son comble le concept de succession de timbres de Max Neuhaus par une composition drastiquement systématique.
En 2016, Sébastien Roux présente Succession de timbres avec un partiel en commun dans le cadre de l'exposition Max Feed – Œuvre et héritage de Max Neuhaus, organisée par Daniele Balit au Frac Franche-Comté. Le titre est une reprise et un résumé de deux phrases inscrites par Neuhaus sur la partie textuelle du dessin, trahissant d'emblée l'influence des œuvres de Southwest Stairwell – l'expérience de la cage d'escalier et le dessin de Neuhaus. Il s'agit d'un ensemble de six enceintes parfaitement alignées et placées à égale distance sur une dizaine de mètres le long d'un mur. Comme chez Neuhaus, l'œuvre repose sur une succession de timbres. Mais Roux pousse à son comble le concept de succession et la description de Neuhaus de ce principe par une composition drastiquement systématique :
« La base du timbre à venir est un partiel du timbre précédent. Chaque haut-parleur représentant un partiel, un timbre est constitué quand les six haut-parleurs sont actifs. Une fois le timbre entretenu pendant une dizaine de secondes, les partiels disparaissent les uns à la suite des autres. Reste le dernier partiel qui va servir de pilier à la construction du nouveau timbre. »
« (…) Si Roux propose, comme Neuhaus, une certaine re-focalisation lors de l'écoute, Succession de timbres avec un partiel en commun se différencie de Southwest Stairwell dans son rapport entre forme et concept. Tandis que Neuhaus insiste sur une expérience perceptuelle indéterminée et refuse toute explication de l'œuvre, Roux livre les clés du déchiffrement de la construction de sa pièce à travers tous les éléments qui la constituent : titre, installation, composition, dessins. Les relations sonores, voire musicales – au sein de la pièce ainsi qu'entre l'œuvre de Roux et celle de Neuhaus – se reflètent en effet à travers ces différents éléments qui renvoient les uns aux autres. Par ailleurs, il est impossible de détacher l'expérience d'écoute de la réflexion autour du concept de l'œuvre qui, à son tour, renvoie à l'œuvre sur laquelle elle repose. »
Anne Zeitz
Né en 1977, Sébastien Roux vient du rock avant d'entamer une carrière de compositeur de musique électronique, qu'il donne à entendre sous la forme de disques, de concerts, de séances d'écoute, d'installations ou de parcours sonores, d'œuvres radiophoniques, de performances audiovisuelles, de pièces pour la danse, de ciné-concerts, etc. Ses œuvres récentes placent le concept de traduction au cœur de son travail. Il collabore régulièrement avec l'auteure Célia Houdart, le designer / scénographe Olivier Vadrot, les chorégraphes DD Dorvillier et Sylvain Prunenec. Parallèlement, Sébastien Roux travaille comme assistant musical à l'IRCAM avec les compositeurs Gérard Pesson et Georges Aperghis.

Voir aussi Heller (Sébastien Roux & Eddie Ladoire).
Texte de Anne Zeitz.

Conception graphique : Jean-Baptiste Parré.
Mastering : Giuseppe Ielasi.
Cut : Hervé de Kéroulas, DK.
Pressage : R.a.n.d.

Publié avec le Frac Franche-Comté.
 
paru en novembre 2020
 
22.50
 
en stock
Sébastien Roux : autre titre



 haut de page