les presses du réel

Catalogue

extrait
Présentation
Par Jennifer Allen

À divers égards, Mercier traite les objets du quotidien comme nos semblables, nos camarades — avec beaucoup d'esprit, une conscience de leur fonction et une connaissance de l'histoire du design qui les précède. Mercier reste fidèle à l'expansion de De Stijl et du constructivisme russe de l'art vers le design: on peut, de fait, utiliser les images synthétiques résultant de l'exagération, caissons lumineux à image de lampe ou cubes encastrés. Comme les protagonistes de ces mouvements artistiques, Mercier s'intéresse à l'autonomie des objets du quotidien, et non à l'autonomie de l'art.

L'utilisation qu'il fait des produits ordinaires pour recréer les oeuvres abstraites de Mondrian ou de Rodchenko singe le rêve utopique de tout mouvement d'apporter aux masses, éveillées ou révolutionnaires, des designs d'avant-garde.

Les révolutions ont certes échoué, mais les conditions industrielles et culturelles de l'après seconde guerre mondiale ont rendu possibles ces rêves utopiques. Recréer les constructions spatiales de Rodchenko avec des bonbons Good & Plenty, du dentifrice Aim, des sacs poubelle Glad ou des pièges à cafards Combat, peut d'abord sembler une plaisanterie historique, mais ce geste n'est pas si éloigné des emballages de biscuit Octobre Rouge. Mettre en scène un chausse-pied rouge, des classeurs jaunes et une bougie bleue en guise de peinture de Mondrian peut défaire les abstractions du peintre, mais le geste pousse l'idée de Mondrian de la composition jusqu'au produit générique de production de masse, qui est une autre forme d'abstraction.

Finalement, les images synthétiques de Mercier suggèrent diverses manières d'envisager le produit au-delà du fétichisme, de l'utilitarisme et, surtout, de la marque. Ces choses que nous tenons dans nos mains pourraient bien être des rêves à interpréter. des mots d'esprit pour rire, ou de bonnes discussions à apprécier en toute simplicité.


 haut de page