les presses du réel

Transit à la Villette

Claude Rutault - Transit à la Villette
«TRANSIT explicite le fonctionnement de la série des « définitions/méthodes » pile ou face et le radicalise, ces oeuvres sont constituées de toiles posées directement sur le sol et appuyées contre le mur.
Dans une « définition/méthode » comme pile ou face, l'oeuvre se présente à travers deux formes complémentaires: une pile d'un peu plus de 40 toiles qui permet d'actualiser x d/m nommées dans le texte, et l'actualisation de l'une d'elles.
Le titre pile ou face énonce la réalité de l'oeuvre, son fonctionnement : il n'y a plus un temps pendant lequel l'oeuvre est exposée et un autre pendant lequel elle serait stockée, à l'abri des regards. Il énonce la permanence de l'oeuvre dans ses allers et retours incessants d'un état à l'autre. Un fois constituée l'oeuvre existe, quelle que soit sa posture, qu'elle soit pile, qu'elle soit face, l'oeuvre est présente, sans réserve.
Dans TRANSIT aucune toile n'est peinte de la même couleur que le mur ni accrochée, il n'y a plus de hiérarchie, seulement des différences. TRANSIT est une oeuvre, une oeuvre en réserve et une réserve d'oeuvres.

TRANSIT inclut en temps réel les mouvements qui la constituent. Elle s'actualise en permanence.
Pour toute actualisation d'une définition/méthode les toiles utilisées passent obligatoirement par TRANSIT et y reviennent.
TRANSIT assure le continu de l'oeuvre, la présence de chaque d/m entre sa dernière actualisation et la prochaine. Toute anticipation est impossible.
TRANSIT est le versant matériel du TEXTE de la d/m. Leur conjonction maintient les utopies, laissant de temps en temps l'un ou l'autre s'échapper.
TRANSIT c'est l'oeuvre au travail (...).»
C.R.
Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu'ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l'accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d'autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d'existence du tableau.

Voir aussi Marie-Hélène Breuil : Claude Rutault – L'Inventaire.
 
Textes, entretien de Claude Rutault par Xavier Douroux et Jean-François Chougnet, Yves Jammet.
 
paru en 2002
édition française
24 X 15,5 cm
32 pages, 11 ill. coul. & 7 ill. n/b
 
8.00 5.00
(offre spéciale)
 
en stock


 haut de page