les presses du réel

Sans Chemin (CD)

L\'ocelle mare - Sans Chemin (CD)
Thomas Bonvalet déploie tout l'instrumentarium de son projet L'ocelle mare (guitares, banjo, tambourins, piano, flûtes, mais aussi percussions corporelles, métronomes, interrupteurs, scotch de peintre, téléphone, microphones, table de mixage, amplis, etc.) pour créer une véritable poétique de l'objet, dévoilant la matérialité des instruments en tant qu'objets en même temps que la musicalité des objets en tant qu'instruments.
C'est une ritournelle qui s'éveille, se déploie, s'absente, resurgit, se transforme, s'oublie, s'éveille encore.
Une ritournelle tout en plis et en creux, qui donne à voir autant qu'à écouter, théâtre d'ombres acoustiques où chaque timbre, chaque rythme, chaque modulation, naît d'un geste minutieusement affiné. « Je n'écris pas la musique, c'est un assemblage de mémoires de gestes », dit Thomas Bonvalet. Des gestes trouvés, accidentellement ou pas, au fil d'une longue pratique : tel clavier qui frotte sur cette guitare lors de la préparation d'un concert, tel tambourin qui vibre de façon singulière lorsqu'il est posé sur cet ampli, la durée et l'intensité de souffle à donner à la flûte pour que les cordes du piano ouvert en déclinent et réverbèrent les harmoniques...
Des gestes à la fois très savants et très simples, qui refusent souverainement les catégories du moderne et de l'archaïque, du naturel et du culturel. Ils convoquent plutôt toute une généalogie intime et collective, musicale et technique, la mémoire de mille musiques et de mille temps. Il n'y a pas de chemin, en effet, plus aucun chemin dans ce monde défait.
En revanche il y a ces gestes qui permettent de chercher la mesure humaine, qui donnent la possibilité d'une attention nouvelle aux corps, aux objets, à l'espace, des gestes qui inventent d'autres relations entre eux et d'autres manières d'être vivant, des gestes à travailler et partager sans cesse. « C'est fragile, ça peut toujours se disloquer. Je dois lutter, rester à l'écoute de ce qui est en jeu dans un morceau, insuffler ce qui va le faire tenir debout. »
Et la ritournelle de poursuivre ses mutations dans les plis et les creux de nos propres souvenirs.

« Sans Chemin marque donc l'apparition du mouvement, du déplacement dans la musique de Bonvalet, et en même temps un point d'orgue dans son parcours. Ces souffles et ces harmonies hachurées, ces crissements et ces cliquetis, ces bruits, ces rythmes et ces notes dont on ne saurait dire s'ils sont archaïques ou technologiques, naturels ou machiniques, tous ces entrelacs de textures y prennent des reliefs encore plus accusés. »
David Sanson, Hémisphère son

« Pas de titres donnés aux morceaux, juste l'inventaire des instruments façon Perec. La musique habite chacun de ces objets, John Cage leur a ouvert la porte des musées, offert un strapontin à l'oreille. (…) Ritournelles tournant au bout de ses doigts, sous ses talons, coudes et genoux, le corps est là, la tête dans les nuages. »
Michel Henritzi, Revue & Corrigée
Thomas Bonvalet est un musicien autodidacte multi-instrumentiste. Bassiste puis guitariste au sein du groupe Cheval de frise (1998-2004), il se détourne peu à peu de ce dernier instrument en intégrant la podorythmie, diverses percussions et éléments mécaniques, instruments à vent, objets détournés ainsi qu'un dispositif d'amplification. Ce sont les nécessités de son projet solo L'ocelle mare, initié en 2005, qui guident l'élaboration de cet instrumentarium, composite, rustique et paradoxalement sophistiqué.
Thomas Bonvalet a notamment collaboré avec Powerdove, Arlt, Radikal Satan, Jean-Luc Guionnet, Arnaud Rivière, Will Guthrie, Gaspar Claus, Daunik Lazro, Fred Jouanlong et Sylvain Lemêtre.
Publié avec Murailles Music.
 
paru en mai 2022
 
15.00
 
en stock
Sans Chemin (CD) Sans Chemin (CD)
L'ocelle mare : autre titre



 haut de page