les presses du réel

HiwarSense and Intuition

Fateh Moudarres, Adonis - Hiwar
En 1998, Mouna Atassi a réussi à réunir l'artiste syrien Fateh Moudaress et le poète arabe Adonis, pour une conversation qui a duré quatre jours, dans sa galerie à Damas. La conversation s'est déroulée en arabe. Un an plus tard, Fateh Moudaress est décédé. La conversation est enfin traduite de l'arabe à l'anglais dans ce livre, accompagnée de 30 peintures et dessins inédits de Fateh Moudaress, ici publiés pour la première fois.
Le 10e anniversaire du décès de l'artiste syrien Fateh Al Moudarres a été commémoré par la publication de Hiwar (« dialogue »), un livre qui retranscrit un long dialogue entre Fateh l'artiste et Adonis le poète. L'art de Fateh a également été célébré dans une exposition de ses peintures lancée en présence d'Adonis, ami de Fateh, intervieweur et principal instigateur de l'engagement dans ce hiwar. C'était en 2009, et Mouna Atassi savait alors, consciemment ou inconsciemment, que ce serait l'événement le plus important et le plus final que la galerie Atassi célébrerait. Elle devinait la fin d'une époque. C'était émouvant de voir les foules qui ont assisté à l'événement et de voir Adonis célébrer son ami absent en faisant une signature de ce livre, qui raconte l'histoire de l'ampleur de sa perte. L'ouvrage alors publié en arabe est aujourd'hui enfin traduit en anglais, avec des textes d'Ambra D'antone, de Golan Hadji et une correspondance inédite entre Fateh Moudaress et Adonis, publiés ici pour la première fois, avec plus de 30 œuvres de la Atassi Foundation.
Fateh Moudarres (né à Alep en 1922, décédé à Damas en 1999) est largement considéré comme l'un des artistes syriens les plus célèbres et les plus influents. Tout au long de sa carrière, il expérimente la modernisation des formes d'expression et l'a fait en combinant des éléments de Syrie patrimoine artistique et le visage humain avec des éléments de la nature. Dans son peintures aux teintes audacieuses, islamiques, sumériennes, assyriennes et chrétiennes traditions visuelles fusionnées et transformées en un style distinctif oscillant entre abstraction et figuration, aboutissant à une œuvre riche en symboles. Moudarres était également vivement intéressé dans le surréalisme et l'existentialisme, explorant le rôle de la subconscient comme outil d'inspiration, pratiquant souvent l'automatique dessin à cet effet. Il s'est également inspiré d'une perte personnelle intense - son père est mort quand il était un jeune enfant, et il a, à son tour, perdu deux enfants prématurément - et son travail est plein de transformation pouvoir de mort. A cet effet, il s'est également intéressé à la potentiel de l'œuvre d'art pour exploiter le temps, expérimenter avec la couleur et former dans un effort pour essayer de distiller et de capturer le temps lui-même. en plus à la peinture, Moudarres a beaucoup écrit, produisant des poèmes et nouvelles, ainsi que des essais critiques sur sa philosophie et son art enquêtes critiques.
D'abord autodidacte, Moudarres est ensuite diplômé de Accademia di Belle Arti à Rome en 1960, puis l'École Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1972, avant de devenir enseignant et Doyen de la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Damas, où il travaillera jusqu'en 1993. Tout au long de sa carrière, il a été récipiendaire de nombreux prix et, avec Louay Kayyali, a représenté Syrie à la Biennale de Venise de 1961. Il a beaucoup exposé en solo et des expositions collectives à travers le monde, et ses œuvres peuvent être trouvées dans des collections prestigieuses telles que Mathaf : Arab Museum of Modern Art, la Fondation Barjeel, la Fondation Atassi et, à Damas, le Musée National, Ministère de la Culture et Musée Dummar.
Adonis (ou Adunis, né Ali Ahmad Said Esber en 1930 à Al-Qassabin) est l'une des figures les plus influentes de la poésie arabe moderne. Se rebeller contre les tropes de la poésie arabe traditionnelle pour expérimenter le vers libre, le mètre variable et la poésie en prose (puisant dans le néo-soufisme, le mysticisme et le rêve), il est à l'origine de une révolution poétique dont l'ampleur a été comparée à celle de ce que T.S. Eliot l'a fait pour le canon poétique anglais. Il a produit une vingtaine de volumes de poésie en plus de nombreux livres de critique, traduction et une anthologie en plusieurs volumes de poésie arabe couvrant 2000 ans de vers (Diwan ash-shi'r al-'arabi). Enfant, Adonis a fréquenté le Kuttab local pour apprendre à Etudes islamiques et littéraires. Après une rencontre avec les Syriens Le président Shukri Al-Quwatli lors d'une visite dans son village en 1944, Adonis obtient une place au lycée français de Tartous, et à dix-sept ans soumettait de la poésie sous le nom de plume d'Adonis. Il a étudié le droit et la philosophie à l'Université de Damas en 1951, avant de servir dans l'armée syrienne. Pendant Ça temps, il a été brièvement emprisonné pour ses affiliations présumées avec le parti social-nationaliste syrien et, à sa libération, a déménagé à Beyrouth en 1956. C'est ici, en l'espace de quelques années, qu'il rencontre sa femme, la critique littéraire Khalida Saleh-Said, a poursuivi son doctorat en littérature arabe, produit son premier recueil de poèmes et cofonde la revue littéraire arabe progressiste Majjallat Shi'ir avec Poète syro-libanais Yusuf Al-Khal.
Adonis a collaboré avec plusieurs artistes, dont Mona Saudi, Kamal Boullata et Ziad Dalloul ainsi que l'expérimentation de l'art visuel en écrivant et en dessinant simultanément, mélangeant médias avec calligraphie et encre. Il est basé à Paris depuis 1985.
Edité par Mouna & Shireen Atassi.
Textes de Mouna Atassi, Golan Hadji, Fateh Moudaress, Adonis, Ambra d'Antone.

Conception graphique : Scope Ateliers, Liban.
 
paru en mars 2022
édition anglaise
19 x 25 cm (relié, couv. toilée)
180 pages (ill.)
 
40.00
 
ISBN : 978-614-8035-39-5
EAN : 9786148035395
 
en stock
Hiwar Hiwar Hiwar Hiwar Hiwar Hiwar Hiwar Hiwar


 haut de page