les presses du réel

Faire – Regarder le graphismeVolume 06 (n° 19, 20, 21)

 - Faire – Regarder le graphisme
Les numéros 19 à 21 de la revue critique consacrée au graphisme.
nº 19 — Une histoire : des graphistes éditeurs.
Auteur : Thierry Chancogne

Dès 1275, on statue dans le Royaume de France sur les droits des stationarii (copistes) et des librarii (libraires) (Friedrich Karl von Savigny (auteur et éditeur), Histoire du droit romain au Moyen-Âge, Tome III, Charles Hingray, Paris, 1839 (1815), p. 415) fraîchement émancipés du joug de l'Église.
C'est qu'il s'agit, avant même l'invention de l'imprimerie, de régler la circulation des écrits et la définition de ceux qui sont en charge de leur inscription et de leur diffusion.
C'est que, bien avant la figure moderne du typographe repérée par Robin Kinross au XVIIe avec The Doctrine of Handy-Works: Applied to the Art of Printing de Joseph Moxon (Robin Kinross, La typographie moderne : Un essai d'histoire critique, B 42, Paris, 2012 (1992) p. 11-12), les graphistes, les copistes et les typographes comme Geoffroy Tory ou Henri Estienne l'Ancien ont aussi été libraires et éditeurs en réfléchissant leur pratique et les contenus qu'ils amenaient sur la place publique.
Or il semble qu'il soit temps de refaire le point sur cette ancienne tradition, alors que de plus en plus de graphistes et de graphic designers fondent leur maison d'édition pour défendre leur ligne éditoriale dans les deux sens que prend ce mot en anglais : à la fois dans le sens de l'editing et du choix et de l'ordonnancement des matières graphiques, mais aussi au sens du publishing, soit une certaine éthique de la diffusion et de la publicité des contenus.

nº 20 — L'or blanc et l'espace d'un signe : Roger, Charlotte, Pierre et les Arcs
Auteure : Catherine Guiral

Connu comme « l'homme aux cent millions de couvertures » et acteur majeur dans l'histoire du design graphique français durant les Trente Glorieuses, Pierre Faucheux a aussi pratiqué une riche activité d'agenceur d'espaces. À la fin des années 1960 il est invité par Charlotte Perriand à participer à l'aventure de la station de sports d'hiver des Arcs. « Construction d'un imaginaire » pensée par l'ingénieur Roger Godino, les Arcs, station savoyarde d'un autre genre, s'incarneront dans un signe particulier qui raconte le double intérêt que Faucheux eut pour l'espace et ses transformations.

nº 21 — Un original : Les Plus beaux livres suisses 2004–2006
Auteurs : James Langdon, Adrian Samson et Laurent Benner

Le concours des Plus beaux livres suisses a été organisé presque sans interruption par l'Office Fédéral de la Culture depuis 1943. Un prix de la conception du livre avec une telle histoire, inscrit dans une telle culture nationale de la typographie, qui offre des perspectives significatives sur le graphisme éditorial, les valeurs culturelles de ses commanditaires et les discours critiques qui l'accompagnent.
Chaque année, un catalogue généreux réalisé par un des graphistes lauréats des années précédentes vient documenter les livres primés. La dimension auto-réflexive inhérente à ce genre de catalogue – livre de livres, graphisme de graphisme – propose un cadre aussi stimulant que risqué aux concepteurs de livres. Un regard rétrospectif sur les deux dernières décennies
de catalogues donne à voir une divergence évidente des pratiques graphiques. Après un ou une série d'ouvrages – souvent les graphistes sont mandatés sur deux ou trois catalogues – d'une sophistication toute conceptuelle suit une simple documentation visuelle. Après une proposition sobre et finement ouvragée, vient quelque chose de fastueux ou d'expérimental.
Les catalogues 2004-2006 ont été conçus par Laurent Benner, un designer suisse travaillant à Londres, et dessinés en collaboration avec le designer anglais Jonathan Hares. La proposition de Laurent pour le catalogue 2004 était audacieuse. Il a contacté les imprimeurs de chacun des vingt livres primés de cette année et leur a demandé
de réimprimer une section de leur livre. Toutes les sections réimprimées ont ensuite été reliées en Suisse, avec quelques pages supplémentaires au début et à la fin, pour constituer le catalogue.
Faire – Regarder le graphisme est une revue critique bimensuelle consacrée au design graphique, qui paraît en librairie tous les deux mois sous la forme de recueils de trois ou quatre numéros. Editée par Empire, la maison d'édition du studio Syndicat, elle parait d'octobre à juin et s'adresse aussi bien aux étudiants qu'aux chercheurs et aux professionnels, en documentant les pratiques contemporaines et internationales du graphisme ainsi que l'histoire et la grammaire des styles. Chaque numéro propose un sujet unique et tentaculaire, traité par un auteur reconnu.

« Les revues critiques dédiées à l'analyse du design graphique sont malheureusement trop peu nombreuses aujourd'hui, particulièrement en France mais aussi en Europe. Engagés dans une posture analytique et critique des formes et activités du graphisme, Sacha Léopold et François Havegeer souhaitent mener une revue imprimée sur ces pratiques, en agissant avec sept auteurs (Lise Brosseau, Manon Bruet, Thierry Chancogne, Céline Chazalviel, Jérôme Dupeyrat, Catherine Guiral et Étienne Hervy). Ce choix restreint, lié à la volonté de proposer une expérience au sein d'un groupe ayant déjà mené des projets communs, permettra d'inclure des auteurs internationaux la deuxième année. »
 
paru en mai 2020
édition bilingue (français / anglais)
20 x 29 cm (broché, sous film)
60 pages (ill. coul. et n&b)
 
20.00
 
ISBN : 979-10-95991-16-8
EAN : 9791095991168
 
en stock
Faire – Regarder le graphisme Faire – Regarder le graphisme Faire – Regarder le graphisme Faire – Regarder le graphisme Faire – Regarder le graphisme Faire – Regarder le graphisme


 haut de page