Enrico Baj

 
Issu du milieu bourgeois milanais, Enrico Baj (1924-2003) est, très jeune, marqué par un refus de l'autorité. Après des études de médecine et de droit, il rejoint l'Académie des Beaux-Arts de Brera dont il suit l'enseignement de 1945 à 1948. Il s'intéresse à ses débuts au tachisme, mouvement européen présenté comme étant analogue à l'expressionisme abstrait américain. De nature anarchiste, il s'oppose aux canons stylistiques de l'art et fonde en 1950 avec le peintre surréaliste Sergio Dangelo (Milan, 1932-2022) le mouvement « Arte Nucleare », considéré comme l'équivalent Italien de CoBrA (1948-51). Cet engagement hautement politique, dans ce qu'il oppose l'art à l'environnement désormais menaçant des humains, a pour but d'atomiser les formes picturales. Dans leur manifeste, publié en 1952, ils affirment : « Nucleari veut briser tous les 'ismes' d'une peinture qui tombe inévitablement dans l'académisme, quelle que soit sa genèse. Ils veulent et peuvent réinventer la peinture ». Le mouvement réussit à fédérer des artistes internationaux tels Yves Klein, Arman ou le peintre danois Asger Jorn qui, deux ans plus tard, alors qu'il réside en Italie, se rapproche de Baj pour fonder, avec Pierre Alechinsky et Karel Appel, le « Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste » (1953-54), encourageant les artistes à dépasser les frontières de leur discipline d'origine pour penser le rôle de l'art à l'ère atomique. Pataphysicien revendiqué, adepte de cette « science des solutions imaginaires qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité » selon la définition d'Alfred Jarry, son inventeur, Baj abandonne l'abstraction gestuelle au milieu des années cinquante pour développer une pratique très personnelle de peinture carnavalesque à l'esthétique volontairement kitsch, ayant pour but de renverser les conventions bourgeoises du « bon goût ». À partir de 1955, il y introduit par collage des éléments préfabriqués tels des boutons, des passementeries, et autres éléments ordinaires faisant surgir ces symboles du quotidien dans un environnement pictural imaginaire. Si les œuvres de Baj lorgnent vers l'absurde, elles s'inscrivent dans le contexte sociopolitique de l'époque. Elles sont, en ce sens, des témoignages de leur temps. En 1957, Baj est signataire, avec Arman, Klein, Manzoni et Restany du manifeste « Contre le style » dans lequel ils affirment le caractère unique de l'œuvre d'art. Baj se lie d'amitié avec Marcel Duchamp qu'il retrouve au collège de pataphysique.
 
Enrico Baj - Home Sweet Home
2022
édition bilingue (français / anglais)
Vallois
Catalogue réunissant les séries de travaux réalisées autour du mobilier par deux artistes de générations différentes mais ayant en commun un même refus de l'autorité, les tableaux d'Enrico Baj produits au début des années 1960 répondant aux sculptures inédites de Martin Kersels.
Enrico Baj - Inactualité de l\'art et pataphysique suivi du Manuel de survie - Edition de tête
1998
édition française
Jannink - L'art en écrit
Texte inédit, collage rehaussé, unique pour chaque livre.


 haut de page