fermeture estivale & interruption des expéditions jusqu'au 29 août (les commandes seront traitées en priorité dès notre retour – merci pour votre patience !)
les presses du réel

Le Japonisme, un art français

Sophie Basch - Le Japonisme, un art français
Une enquête approfondie qui renouvelle la compréhension du japonisme à partir de l'art français du XIXe siècle, écartant la tentation de l'exotisme orientaliste tout en inversant la logique de l'influence, avec un corpus iconographique abondant et lui aussi entièrement renouvelé.
À rebours d'une approche néo-positiviste qui voit dans le japonisme le résultat d'une influence, ce livre analyse à nouveaux frais un étonnant phénomène d'innutrition, dont l'histoire matérielle est indissociable du programme conceptuel : levier épistémologique, l'art japonais fonctionna comme un génial indicateur et conforta des convictions antérieures à l'ouverture du Japon. Limiter l'étude du japonisme à la France, loin de rétrécir le sujet, l'élargit en permettant de reconstituer ses capillarités et la circulation des représentations dans un milieu osmotique, frémissant d'échos littéraires et artistiques, à une époque où la presse façonnait les représentations esthétiques et sociales. La constitution d'une « planète japonisme » a occulté les débats internes auxquels répondit la révélation des arts du Japon, qu'on ne peut dissocier de l'acclimatation du préraphaélisme en France et plus généralement du médiévalisme. Écartant les « japonaiseries » (les bibelots et les toiles orientalistes), inversant la logique de l'influence, rendant un rôle moteur aux prétendus influencés, ces pages accompagnées d'une iconographie nouvelle se concentrent sur le japonisme comme « révolution de l'optique », suivant l'heureuse expression de Jules de Goncourt reprise par son frère Edmond, souvent citée mais mal exploitée. D'Ingres à l'Art nouveau dont le japonisme, contrairement aux idées reçues, n'est pas la conclusion mais en partie l'antidote, elles restituent les phases de son évolution au miroir d'une Grèce en plein bouleversement, en associant largement les écrivains et les critiques d'art, ces acteurs essentiels, grands oubliés d'une histoire qui a sous-estimé les réseaux de sociabilité de la culture d'accueil. Si le japonisme devint un phénomène international, c'est bien parce qu'il fut, d'abord, un art français quand Paris, capitale du XIXe siècle, aimantait les imaginations.
Spécialiste de l'orientalisme littéraire, artistique et scientifique, de la littérature fin-de-siècle et de l'histoire culturelle, Sophie Basch est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et membre senior de l'Institut universitaire de France.
Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d'Histoire de Sciences Po.
 
2023 (parution prévue au 1er trimestre)
édition française
17 x 24 cm (broché)
 
ISBN : 978-2-37896-309-5
EAN : 9782378963095
 
à paraître


 haut de page