les presses du réel
extrait
Ma vie sera close et réglementée. Je ne ferai rien qui pourra nuire à la communauté. Je vivrai en harmonie avec la nature, dans le respect de moi-même, le respect d'autrui et le respect de l'environnement. Je porterai une tenue décente. Mon pénis pourra régulièrement grossir et devenir rigide mais en toute discrétion. À chaque heure de la journée sera alloué un travail cyclique ou une tâche. Je choisirai une alimentation légère, solide et sans excitants. Mon petit déjeuner sera consistant et m'apportera le quart de ma ration calorique quotidienne, mon repas de midi ne sera ni trop copieux ni trop riche, mon repas du soir ne sera pas tardif. Je boirai régulièrement en petites quantités pour éviter la déshydratation. Je m'acquitterai de mes devoirs dans le respect de la loi. J'agirai d'une manière politiquement neutre, je ne tenterai pas de contrecarrer les décisions ou les actions légitimes des autorités publiques. Je servirai quotidiennement l'autorité morale. Je serai honnête, impartial et efficace, je remplirai mes devoirs au mieux de mes capacités, je n'agirai pas de façon arbitraire, je tiendrai compte des droits, des obligations et des intérêts légitimes d'autrui, j'exercerai mon pouvoir d'appréciation de manière impartiale, en aucun cas je n'agirai de manière illégale, irrégulière ou contraire à l'éthique. Je signalerai aux autorités compétentes toute preuve, allégation ou soupçon d'activité illégale ou criminelle. Je respecterai les procédures de sécurité. Je n'oublierai jamais que les règlements sont des contrats de fonctionnement qui engagent les êtres les uns envers les autres, jouent le rôle de régulateur des rapports humains au sein de la société, permettent de clarifier les organisations, de mettre à jour les droits et devoirs dans le but d'éviter les conflits. Je prendrai toutes les précautions pour la sauvegarde de mes biens, et je respecterai les propriétés privées. Je serai entièrement responsable des accidents qui pourraient m'arriver par ignorance des règlements de sécurité, je suivrai scrupuleusement toutes les indications, je lirai attentivement les modes d'emploi, les plans d'évacuation. Jamais je ne serai censé ignorer la loi. Avant tout, je connaîtrai les règles qui président à l'ordre des mots. Mes phrases seront simples, composées d'un syntagme nominal sujet et d'un syntagme verbal. Mes verbes conjugués seront toujours à la deuxième place dans mes phrases énonciatives. Je n'oublierai jamais que la règle n'admet qu'un seul élément devant le verbe, que sujet et complément ne peuvent coexister devant le verbe conjugué dont les compléments pourront à leur tour être des syntagmes complexes, groupes d'éléments de même nature reliés par des règles syntagmatiques conditionnant leur co-présence. Au caractère récursif à droite de ma langue (possibilité quasi " infinie " d'ajouts en fin des phrases que j'écrirai), fera écho le caractère prolifique des règlements lesquels, parce qu'ils ne désignent que ce qu'ils énoncent, seront régulièrement et infiniment enrichis de nouvelles prescriptions par les autorités. Ces deux éléments conjugués entraîneront eux-mêmes les processus possibles à l'intérieur de mes " territoires ", processus qui devront obéir à l'ensemble ordonné des règles définissant le bon usage du vocabulaire, la discipline à observer. L'acceptation des règles et règlements sera le contrat qui me liera à la communauté. En échange de ma loyauté, de mon adhésion, de mon implication, je bénéficierai d'une gamme infinie de prestations dont il me faudra acquitter les factures. Je devrai sans cesse m'impliquer dans une discipline, m'ouvrir, aller vers l'autre, habiter mon corps, trouver mon rythme, développer mes sensations, donner du sens, me dépasser, me surpasser, me surveiller, me contraindre, me limiter. Je devrai, en toutes circonstances, être capable d'adapter mon comportement. Je m'imposerai mes propres règles et elles seront strictes. Je ferai en sorte de connaître mes limites, j'anticiperai les situations, j'éviterai les obstacles. Jamais je ne serai voué à la passivité, à la démission, à la dévalorisation de moi et des autres…
Pierre Denan : autres titres













 haut de page