Giulio Paolini

 
Les premières œuvres de Giulio Paolini (né en 1940 à Gênes, vit et travaille à Turin) au début des années 1960 anticipent par bien des aspects les données que Germano Celant va théoriser quelques années plus tard sous le terme d'“arte povera”. Au cours des années 1970, Paolini s'emploie à révéler les éléments constitutifs du tableau ainsi qu'à faire apparaître l'ensemble des relations que tisse une pièce entre l'objet, l'artiste, le spectateur et le contexte de l'exposition. Cette démarche analytique rapprocha Giulio Paolini des artistes conceptuels. Multipliant les références à l'Antiquité et au Néoclassicisme, mêlant les techniques les plus traditionnelles aux matériaux et aux formes d'expression les plus contemporains (mobilier, performances, collages, installations...), Giulio Paolini invente un langage paradoxal extrêmement personnel dont le dédoublement et le fragment sont les figures les plus récurrentes.
Son travail a été présenté à de nombreuses reprises à la Biennale de Venise ainsi qu'à la Documenta.
 
Giulio Paolini - Mot pour Mot - De bouche à oreille
1982
édition bilingue (français / anglais)
Yvon Lambert - Mot pour Mot
épuisé
Un entretien entre le philosophe René Denizot et l'artiste Giulio Paolini, autour d'une œuvre qui, proche de l'arte povera, puise son vocabulaire formel dans la statuaire antique, canoniale de la beauté classique, et figure une réflexion sur l'histoire de l'art et la culture.


 haut de page