flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Laure Prouvost [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Art contemporain [tous les titres] – collection Palais de Tokyo (Paris) [tous les titres]
Laure Prouvost <!---->
Edité par Frédéric Grossi.
Textes de Karen Archey et Emanuele Coccia, entretien avec Laure Prouvost par Daria de Beauvais.

Conception graphique : Helmo.
paru en juillet 2018
édition bilingue (français / anglais)
16 x 24 cm (broché)
96 pages (ill.)
17.00 €
ISBN : 978-2-37896-022-3
EAN : 9782378960223
en stock
 
Nouvelle monographie, s'inscrivant dans la collection publiée avec Les presses du réel en lien avec les expositions du Palais de Tokyo, avec des vues d'exposition et une sélection d'œuvres emblématiques, un entretien, un essai et un ensemble de notices.
Généreux et plein d'humour, le travail de Laure Prouvost examine les relations entre langage, image et perception, plaçant le visiteur dans des situations de doute et d'incompréhension, mais aussi d'émerveillement intellectuel et sensoriel. Ces situations deviennent des installations immersives qui invitent à l'évasion et dans lesquelles dialoguent films, sculptures, peintures, tapisseries, performances. Son exposition au Palais de Tokyo, « Ring, Sing and Drink for Trespassing », à l'occasion de laquelle cette monographie paraît, est une ode aux chemins de traverse et au dépassement des limites, à la joie de se faufiler à travers un grillage pour découvrir un terrain vague ou un jardin aujourd'hui abandonné.
Publié à l'occasion de l'exposition personnelle de Laure Prouvost « Ring, Sing and Drink for Trespassing » au Palais de Tokyo, du 22 juin au 9 septembre 2018.

Coéditée avec Les presses du réel, la collection de livres monographiques dans laquelle s'inscrit cet ouvrage est publiée en lien avec les expositions du Palais de Tokyo. Richement illustrés, comprenant de nombreuses vues de l'exposition, accessibles à tous, ces livres permettent de poursuivre l'expérience de la rencontre avec l'œuvre de l'artiste. Les propos des artistes, les contributions inédites de théoriciens, de critiques d'art et de commissaires d'expositions permettent de mieux comprendre le parcours de chaque artiste et la genèse de son projet au Palais de Tokyo. Le lecteur peut ainsi assister au cheminement d'une pensée. Des vues d'atelier, reproductions d'œuvres, documents préparatoires et images de référence témoignent des processus créateurs et complètent entretiens et essais.

Daria de Beauvais est commissaire d'exposition au Palais de Tokyo. Elle est commissaire de l'exposition personnelle de Laure Prouvost.

Karen Archey est Conservatrice d'art contemporaine, chargée des « time-based media » au Stedelijk Museum Amsterdam.

Emanuele Coccia est maître de conférence à l'EHESS (Paris). Il est l'auteur de La Vie sensible (2010), Le Bien dans les choses (2013) et La Vie des plantes. Une métaphysique du mélange (2016). Avec Giorgio Agamben, il a édité une vaste anthologie sur les anges dans le judaïsme, le christianisme et l'Islam : Angeli, Giudaismo, Cristianesimo, Islam (2009).
Laure Prouvost est née à Justelieu (France) en 1961, avant de s'installer à Londres où elle étudie au Central Saint Martins College puis au Goldsmith College. Elle vit aujourd'hui entre Londres, Anvers et une caravane dans le désert croate.
Son œuvre prend la forme d'histoires indépendantes qui se recoupent et se répondent, où la fiction se mêle à la réalité. Ces situations deviennent des installations immersives qui invitent à l'évasion et dans lesquelles dialoguent films, sculptures, peintures, tapisseries, performances ou fragments de récits, parfois adressés directement au visiteur. Généreux et plein d'humour, son travail examine les relations entre langage, image et perception, plaçant le visiteur dans des situations de doute et d'incompréhension, mais aussi d'émerveillement, tant intellectuel que sensoriel.
Lauréate du Max Mara Art Prize en 2011, premier artiste français à remporter le prestigieux Turner Prize en 2013, Laure Prouvost a été désignée pour représenter la France à la 58e Biennale internationale d'art contemporain de Venise en 2019. Elle a bénéficié de nombreuses expositions personnelles à l'international, notamment au Walker Art Center (Minneapolis, 2017), au Pirelli Hangar Bicocca (Milan, 2016), à Fahrenheit (Los Angeles, 2016) ou à la Haus der Kunst (Munich, 2015), mais aussi en France au Consortium (Dijon, 2016) et au musée de Rochechouart (2015). Parmi les expositions collectives récentes auxquelles elle a participé, on peut citer la 13e Biennale de la Baltique (Vilnius, 2018), « Speak » à la Serpentine Gallery (Londres, 2017), « Practising habits of the day » à l'ICA (Singapour, 2016) ou « Hybridize or Disappear » au National Museum of Contemporary Art - Museu do Chiado (Lisbonne, 2015).