les presses du réel

Voltes (CD)

Raphaël Saint-Remy - Voltes (CD)
Un solo de piano improvisé, dense et furieux.
Volte de l'homme lunatique, fébrile, quinteux, fantasque.
Volte du cheval sur la piste dissimulant au cavalier son galop dans l'ailleurs.
Volte de la bête effarouché, de l'ombre autour de l'arbre, des clochers dans la plaine, de la pierre au cœur même de son ankylose.
Volte du bretteur, du tranche-montage devant l'assaut du vent, du duelliste esquivant la griffe de l'insulte.
Volte racine ternaire et gaillarde de la valse, pirouette décisive, pensée se ressaisissant, se retrouvant elle-même et par elle-même dans ce ressaisissement.
Volte incipit du tourbillon, demi-tour fulgurant, éphémère trophée du chasseur de vortex.

« Tout commence dans l'infiniment petit avec Raphaël Saint-Rémy. Révélé avec Raymond Boni dans les Clameurs, c'est avec son étonnant livre-disque Des espèces en voie d'apparition qu'il avait fait montre de ce goût pour l'unicellulaire et le vivant microscopique. Dans Voltes, son premier album solo au piano, lui qui touche d'autres instruments, c'est cette même direction que semble prendre "Blue Monk". Le morceau cherche sa route dans les espaces les plus lointains de la main droite, dans de minuscules éboulis de notes chétives avant de prendre du coffre et du corps dans les tunnels souterrains de la main gauche. Saint-Rémy agrippe Monk avec ténacité, mais sans rudesse, à peine de rares ruades quand les phrases musicales se brisent à force d'insister.
Il y a effectivement quelque chose de vivant dans les deux morceaux de Thelonious Monk que nous propose le pianiste. Mais c'est sans doute dans le claudiquant "Ugly Beauty" que se révèle toute cette poésie cachée et furtive. La caresse du silence, qui s'efface pour laisser passer des bribes concertantes, est une déclara tion d'amour sensible. Saint-Rémy cherche dans Monk une poésie essentielle et abrupte dans le moindre recoin, raison pour laquelle le thème s'effiloche avec une lenteur calculée, qui pèse chaque note et peut fuir en avant en un instant. "Volte de la bête effarouchée, de l'ombre autour de l'arbre" dit le poème qui fait office de notes de pochette et sonne comme un manifeste. C'est de cette beauté ombrageuse dont il s'agit.
C'est d'ailleurs tout le thème de "Voltes", le long-morceau titre qui pendant plus d'une demi-heure permet à Saint-Rémy de continuer ses recherches, à la manière d'un entomologiste, tout en ligne brisées et en tranchées subtiles menées par une
main gauche crépusculaire mais curieuse, capable de tous les rebondissements et les chemins à rebours. "Je suis un contempleur de tourbillon" dit Giorgio Manganelli dans une citation sur la pochette. C'est le sentiment que l'auditeur partage à la toute fin du morceau, comme si les microparticules agglomérées étaient devenues une force impassible. Une très belle illustration de l'effet papillon. Comme quoi il est toujours question d'insectes… »
Franpi Barriaux, Citizen Jazz
Raphaël Saint-Remy est musicien (piano, hautbois) et écrivain. Il enseigne également au conservatoire du 8ème arrondissement de Paris.
 
paru en 2018
 
12.00
 
en stock
Raphaël Saint-Remy : autres titres





 haut de page