les presses du réel

Lake From The Louvers (vinyl LP)

James Rushford - Lake From The Louvers (vinyl LP)
La nouvelle œuvre solo pour sons concrets, électronique et instruments du musicien et compositeur australien : une pièce chatoyante et miroitante inspirée des jeux d'ombre et de lumière sur l'eau.
Créé principalement lors d'un séjour à La Becque, une résidence d'artistes sur les rives du lac Léman, Lake From The Louvers s'inspire des jeux d'ombre et de lumière à la fois sur la surface du lac et sur la fenêtre à travers laquelle Rushford observe ce paysage lacustre. Si le lac est lui-même parfois directement audible sous la forme d'enregistrements de terrain, l'image suggérée par le titre du disque est moins directement représentée que traduite en structures sonores inspirées, comme l'explique Rushford, par « le passage de l'ombre dans un espace fixe ». Le mouvement de la lumière à travers ces deux surfaces planes, le lac et la fenêtre, trouve son équivalent sonore dans ces onze pièces, dans lesquelles des fragments et des particules sonores – des crépitements fortement amplifiés, des tintements synthétisés, des notes de harpe – se succèdent et se chevauchent sur la longueur de chaque piste. Chaque pièce est structurée autour d'un ensemble déterminé d'éléments, qui s'effacent et réapparaissent constamment.
Les interventions de Rushford sur divers claviers fournissent les fondations instables et vacillantes de ces pièces, les accords microtonaux ajoutant un côté flou et indéterminé à son jeu magistral, souvent d'une beauté saisissante. Chaque face du disque se termine par une pièce au clavier : la première avec un orgue d'église plaintif, la seconde avec un nuage psychédélique de sons de synthétiseurs désaccordés où des fragments harmoniques se perdent dans leur propre souvenir mélancolique. Ailleurs, le disque fait usage d'éléments aussi variés que la harpe microtonale, les boîtes à rythmes scintillantes et le marimba synthétique, établissant une palette sonore remarquable par son ampleur. Alors que de nombreux projets solo de Rushford ont pris la forme de longues œuvres sombres, Lake From The Louvers est étonnamment lumineux et accessible, une série de vignettes sonores où, comme dans un Monet tardif, le chatoiement de la lumière efface la distinction entre image et reflet, premier et arrière-plan, surface et profondeur.
James Rushford est un compositeur-interprète australien, dont le travail s'inspire de langages spécifiques concrets, improvisés, avant-gardistes et collagistes.
En tant que compositeur, il a reçu des commandes du BBC Scottish Symphony Orchestra (Glasgow), du Melbourne Symphony Orchestra, de l'Ensemble Neon (Oslo), de Speak Percussion (Melbourne), de l'Ensemble Vortex (Genève), de l'Australian Centre for Contemporary Art, de l'Ensemble Offspring (Sydney), de Decibel (Perth), du Melbourne International Arts Festival, du Norway Ultima Festival (2011), de l'Unsound Festival (New York 2014) et de Liquid Architecture (Melbourne).
En tant qu'interprète, il a présenté des œuvres au STEIM Institute (Amsterdam), à la Logos Foundation (Gand), à l'Issue Project Room (New York), aux Instants Chavirés (Montreuil), à Constellation (Chicago), au Café Oto (Londres), à Super Deluxe (Tokyo), à Blank Forms (New York), à Monday Evening Concerts (Los Angeles), à Cave12 (Genève), au Send & Receive Festival (Winnipeg), à WORM (Rotterdam), au Centre for Contemporary Art (Varsovie), à l'Only Connect Festival (Oslo), à Now Now (2011/2012), à l'Adelaide Festival (2014), au Melbourne International Jazz Festival (2011), à MONA FOMA (Tasmanie 2020), au Tectonics Festival (Adelaide 2014, New York 2015, Tel Aviv 2015).... Il s'est également produit en tant que soliste avec le Krakow Sinfonietta, l'Australian Art Orchestra, Michael Pisaro, Eyvind Kang, David Behrman et Jon Rose.
James Rushford développe des projets collaboratifs avec Joe Talia, Golden Fur (avec Samuel Dunscombe et Judith Hamann), Ora Clementi (avec crys cole), Oren Ambarchi,  Klaus Lang, Kassel Jaeger, Anthony Pateras, Will Guthrie, Annea Lockwood, Graham Lambkin, Francis Plagne, Tashi Wada, les artistes visuels Michael Salerno, Rachel Yezbick et Haroon Mirza, et l'écrivain Dennis Cooper.
Ses enregistrements ont été pulbiés par Unseen Worlds, Pogus, Prisma, Bocian, Penultimate Press, Another Timbre, Holidays, Black Truffle, KYE et Shelter Press.
Il est titulaire d'un doctorat du California Institute of the Arts.
Mastering et pressage : Stephan Mathieu / D+M.
Visuels de Valle Medina et Benjamin Reynolds (Pa.LaC.E).
 
paru en juillet 2021
 
20.00
 
en stock


 haut de page