flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique – Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014)
Nathan Réra [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Histoire de l'art [tous les titres] – collection Œuvres en sociétés [tous les titres]
Nathan Réra Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014)
Préface de Sylvie Lindeperg et Pierre Wat.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d'Histoire de Sciences Po.
paru en mars 2014
édition française
17 x 20 cm (broché)
648 pages (ill. coul. et n&b)
30.00 €
ISBN : 978-2-84066-609-7
EAN : 9782840666097
en stock
 
Une réflexion historique et théorique, aux confins de l'esthétique et du politique, sur la place décisive des images et sur les pouvoirs et les limites de la représentation, à l'épreuve du dernier génocide du XXe siècle.
Cet essai d'envergure retrace l'histoire de vingt années d'images ayant pour origine le génocide des Tutsi du Rwanda. De nombreux qualificatifs, réducteurs et contradictoires, servent à définir les cent jours durant lesquels plus de 800 000 Tutsi furent assassinés, d'avril à juillet 1994 : « génocide sans images », « génocide en direct », « premier génocide télévisé »... Au lendemain d'une couverture controversée, les médias furent montrés du doigt pour n'avoir pas su dresser la chronique d'un “événement annoncé” ou, au contraire, pour avoir privilégié l'information spectacle aux dépens de la dénonciation politique. Le cinéma comme la photographie se sont chargés, dans une remarquable précocité, de déconstruire la logique des mass-médias en lui opposant les preuves effectives de l'horreur, en traquant ses traces dans les corps et dans les voix des victimes ou de leurs tortionnaires.
À travers le prisme de l'histoire rwandaise se sont ainsi rejoués les grands débats sur l'image nés du paradigme de la Shoah et de la crise du photojournalisme, forgeant au fil des représentations les pourtours d'un malaise à la fois moral, politique et esthétique. Afin d'en sonder la nature, l'auteur a choisi de remonter dans un premier temps le fil des images, au plus près des trajectoires des photographes et des cameramen qui furent, en 1994, les témoins parfois incrédules de ce « génocide de proximité ». Dans un second temps, il arpente dans toute sa largeur un corpus d'œuvres à l'articulation du cinéma et de la photographie, où se révèlent les enjeux sensibles de la mémoire post-génocide. Riche de nombreux témoignages, ce livre polyphonique mêle de manière inédite approche historienne et réflexions théoriques sur les pouvoirs et les limites de la représentation. Aux confins de l'esthétique et du politique, il est le lieu d'une interrogation profonde sur la place décisive de l'art et des images, à l'épreuve du dernier génocide du XXe siècle.
Voir aussi Rwanda, 1994-2014Histoire, mémoires et récits.
Docteur en Histoire de l'art, Nathan Réra travaille sur les représentations des génocides, l'étude des fonds d'archives (audio)visuelles et les relations entre les arts. Il a signé deux ouvrages aux éditions Rouge Profond : De Paris à Drancy ou les possibilités de l'Art après Auschwitz (2009) et Au jardin des délices – Entretiens avec Paul Verhoeven (2010). Il a également écrit le texte du dernier livre du photographe Christophe Calais, Un destin rwandais (2014), publié aux éditions [Neus].