flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Mirrored Years
Yayoi Kusama [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Art contemporain [tous les titres] – collection Monographies [tous les titres]
Yayoi Kusama Mirrored Years
Edité par Franck Gautherot.
Textes de Diedrich Diedrichsen, Franck Gautherot, Jaap Guldemond, Seungduk Kim, Lily van der Stokker.

Publié avec le Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, le Museum of Contemporary Art, Sydney et la City Gallery,Wellington.
paru en 2009
édition anglaise
17,5 x 24 cm (relié)
320 pages (200 ill. coul. et n&b)
ISBN : 978-2-84066-312-6
EAN : 9782840663126
épuisé
 
Un livre biographique en images.

Monographie documentant la carrière de Kusama, des travaux de jeunesse jusqu'aux œuvres les plus récentes (présentées dans trois institutions internationales en 2008 et 2009) en passant par les performances sulfureuses des années 1970 et les installations publiques, avec de nombreux textes, plus de 200 illustrations et une grande « picture biography » de l'artiste photographiée depuis 1959 jusqu'à 2007 devant ou avec ses œuvres (portraits de studio, dans les expositions, pendant les festivals et les performances publiques, avec Mark Rothko, Yves Klein, Joseph Beuys, Frank Stella, Pierre Restany, Yoko Ono...).
Publié à l'occasion de l'exposition itinérante Yayoi Kusama: Mirrored Years initiée au Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam (d'août à octobre 2008), puis montrée au Museum of Contemporary Art, Sydney (de février à juin 2009) et à la City Gallery, Wellington.
Née en 1929 au Japon, Yayoi Kusama, s'embarque pour les Etats-Unis en 1957. Dès 1959 à New York, où elle fréquente des artistes avant-gardistes tels que Frank Stella et Donald Judd, elle expose sa peinture, abstraite, sans composition, souvent monochrome et répétitive jusqu'à l'obsession. Outre la mode, la réalisation de films ou l'écriture, elle aborde en parallèle la sculpture et les installations environnementales qui feront sa notoriété, en recouvrant des objets quotidiens de protubérances molles phalliques. Ces objets inclassables se multiplient en même temps que l'artiste met en œuvre des actions de rue – happenings et performances dénudées – dans les lieux symboliques de la ville tout autant que des orgies débridées dans son propre atelier.
En 1973, malade, elle repart pour le Japon où elle s'enferme dans un hôpital psychiatrique qu'elle n'a plus quitté depuis. Trouvant refuge et confort, suivie par des médecins amis, elle s'y organise une vie de travail et d'écriture, à l'écoute de la ville et protégée d'elle en même temps. La reconnaissance venue dès les années 1980 et la consécration internationale des années 1990 lui confèrent désormais une place de tout premier plan dans l'histoire des avant-gardes mais aussi dans l'actualité d'aujourd'hui.