flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Manifeste anthropophage / Anthropophagie zombie
Oswald de Andrade / Suely Rolnik [tous les titres]
BlackJack éditions [tous les titres] Pile ou face [tous les titres]
 Oswald de Andrade / Suely Rolnik Manifeste anthropophage / Anthropophagie zombie
paru en novembre 2011
édition française
14,5 x 21 cm (broché)
108 pages
14.00 €
ISBN : 978-2-91806-322-3
EAN : 9782918063223
en stock
 
Un dialogue entre deux appropriations singulières du concept d'anthropophagie à deux moments historiques clés : une nouvelle traduction du poème culte et fondateur de la modernité brésilienne d'Oswald de Andrade, prônant l'ingestion symbolique du colonisateur et de sa culture, publiée en regard d'une analyse par Suely Rolnik d'une expérience anthropophagique contemporaine dévoyée dans le contexte du capitalisme financier.
Et si l'anthropophagie nous permettait de penser notre contemporanéité ? En confrontant le Manifeste anthropophage et Anthropophagie Zombie, cet opus orchestre un dialogue entre deux appropriations singulières du concept d'anthropophagie à deux moments historiques clés : l'avènement de la modernité dans le poème culte d'Oswald de Andrade et l'avènement du capitalisme financier dans le texte de Suely Rolnik. L'anthropophagie est une pratique caractéristique des Indiens Tupi vivant au Brésil avant la Conquête. En réactivant ce concept, Oswald de Andrade affirme avec provocation la singularité de la culture brésilienne par rapport à la culture européenne. Suely Rolnik revient quant à elle sur cette notion dans un contexte contemporain mondialisé. Elle pointe ainsi un aspect négatif de l'expérience anthropophage en créant le concept de « subjectivité flexible ». Cette nouvelle subjectivité renvoie à l'hyper-adaptabilité du sujet contemporain aux mondes prêts-à-porter que propose le capitalisme. Cependant, l'anthropophagie peut également être réactivée de manière positive pour construire une expérience critique du monde dans lequel nous évoluons.

Monument de la littérature, le Manifeste anthropophage est l'un des textes fondateurs du modermisme brésilien. Son auteur, Oswald de Andrade, est connu pour son œuvre aussi diverse qu'iconoclaste et polémique. Le Manifeste anthropophage est, avec le Manifeste de la poésie Bois Brésil, l'un de ses écrits les plus radicaux. Blackjack éditions en propose ici une nouvelle traduction, largement annotée. Manger la culture colonisatrice, telle est la revendication du Manifeste anthropophage écrit au Brésil, en 1928. À travers cette poésie savoureuse, Oswald de Andrade prône la dégustation symbolique du colonisateur, affirmant la modernité brésilienne dans un processus de dévoration esthétique et politique qui consiste non pas à singer la modernité européenne mais à la manger, à l'assimiler pour en forger une déclinaison singulière. De Andrade offre ainsi une alternative originale au nivellement culturel et à la fascination pour une culture dominatrice.
Dans Anthropophagie zombie, Suely Rolnik revient sur la tradition anthropophage brésilienne, mais note que cette tradition a pris une connotation négative avec l'avènement du capitalisme financier. En effet, si historiquement l'anthropophagie s'affirme comme un concept positif, les troubles d'une « guerre esthétique planétaire » ont dévoilé la face cachée d'une anthropophagie dévoyée. Inspirée par la philosophie de Gilles Deleuze et par son travail avec Félix Guattari, Suely Rolnik montre comment les structures de la subjectivité sont attaquées par le capitalisme financier, l'expérience anthropophage donnant naissance à la subjectivité d'un « peuple de zombies hyperactifs ».
Comment réinvestir une anthropophagie positive et émanciper les subjectivités singulières ? Comment remettre le monde à l'œuvre ? L'élaboration critique de l'expérience anthropophage brésilienne pourrait-elle contribuer à problématiser la subjectivité contemporaine propre au régime du capitalisme financier ? Plus spécifiquement : pourrait-elle contribuer à problématiser la politique des relations à l'autre, tout comme le destin des puissances de création, inhérentes à cette nouvelle figure de la subjectivité ? En dernière instance, l'expérience anthropophage pourrait-elle contribuer à « soigner » l'actuelle fascination aveugle devant la flexibilité et la liberté d'hybridation récemment acquises ?
Voir aussi The Forest & the SchoolWhere to Sit at the Dinner Table?
Oswald de Andrade est né à São Paulo en 1890. Avec l'écrivain, poète et critique Mario de Andrade, le poète Menotti del Picchia et les peintres Anita Malfatti et Tarsila do Amaral, Oswald de Andrade forme le Groupe des Cinq, qui agita la vie culturelle et artistique brésilienne dans les années 20. De Andrade fut l'un des propagateurs les plus actifs des idées modernistes, promouvant notamment la Semaine de l'Art moderne (festival de littérature, de musique et d'arts plastiques) en février 1922, au Théâtre municipal de São Paulo. Le but recherché – et atteint – était de révéler et mettre en valeur la singularité de l'identité culturelle et artistique brésilienne. Oswald de Andrade tisse ainsi des liens avec l'avant-garde artistique et littéraire brésilienne puis européenne, en particulier lors de ses fréquents séjours à Paris, entre 1923 et 1929. Il fait alors la rencontre de Blaise Cendrars, avec lequel il nouera une relation étroite. Oswald de Andrade est mort en 1954 à São Paulo.

Voir aussi Haroldo de Campos : Une poétique de la radicalitéEssai sur la poésie d'Oswald de Andrade.

Philosophe, psychothérapeute et critique d'art, Suely Rolnik est professeur au Centre de recherches sur la subjectivité de l'université de São Paulo. Elle enseigne également dans le cadre du programme d'études indépendantes du musée d'art contemporain de Barcelone. Elle articule ses recherches en arts autour de l'interface politique clinique. En 2007, les Empêcheurs de penser en rond publient Micropolitiques, ouvrage que Suely Rolnik et Félix Guattari ont écrit ensemble. Elle a écrit Schizoanalyse et anthropophagie pour le livre Gilles Deleuze, une vie philosophique (Empêcheurs de penser en rond, 1998). Elle a enfin écrit avec Corinne Diserens un ouvrage référent sur l'artiste brésilienne Lygia Clark : Nous sommes le moule. À vous de donner le souffle. Lygia Clark, de l'œuvre à l'événement (musée des Beaux-Arts de Nantes, 2005) ; on lui doit également l'édition, sous la forme d'un coffret de dix DVD, d'un ensemble d'entretiens autour des pratiques expérimentales de Lygia Clark (Archive pour une œuvre-événement – Projet d'activation de la mémoire corporelle d'une trajectoire artistique et son contexte, 2011).