flux RSS (nouvelles parutions)
 



English version
Devant les images – Penser l’art et l’histoire avec Georges Didi-Huberman
Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents [tous les titres] – collection Perceptions [tous les titres]
commander
imprimer envoyer un lien
retour au descriptif sommaire
 
extrait
 
Avant-propos
Thierry Davila et Pierre Sauvanet
(p. 7-10)


Les 6 et 7 octobre 2006, à l'instigation de Thierry Davila et de Pierre Sauvanet, avec l'appui de Maurice Fréchuret alors directeur de l'institution, s'est tenu au capcMusée d'art contemporain de Bordeaux, en liaison avec le Centre de recherches ARTES de l'université de Bordeaux-3, un colloque entièrement consacré à l'œuvre de Georges Didi-Huberman. il ne s'agissait pas, certes, de la première rencontre de ce genre (1), mais sans doute de la première à réunir autant d'intervenants divers autour de et surtout avec un penseur qui aura su renouveler en profondeur la pratique de l'histoire de l'art.
Le présent volume entend donc constituer une trace précise de ce colloque, en même temps qu'il espère en prolonger l'écho, grâce à de nouvelles contributions et auprès de nouveaux lecteurs. Même s'il est inutile de présenter ici l'objet, c'est-à-dire en l'occurrence le « sujet » de nos recherches, quelques précisions liminaires ne seront peut-être pas de trop.

Depuis le début des années 1980, Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art, enseignant à l'école des hautes études en sciences sociales, s'attache à penser le devenir des images et plus généralement le travail des formes avec des outils théoriques empruntés à des champs de recherche multiples (philosophie, anthropologie, histoire de l'art, psychanalyse…) et pour des périodes historiques très diverses (renaissance, XiXe siècle, art moderne, art contemporain…). La fécondité de cette pensée, la richesse des propositions théoriques qu'elle a su inventer, en font aujourd'hui une référence dans le champ de l'histoire et de la théorie de l'art. Ce colloque se proposait de réfléchir, avec Georges Didi-Huberman présent durant ces deux jours, à l'outil que représente cette recherche et à l'une des questions fondamentales qu'elle ne cesse d'explorer : devant les images, qu'est-ce que regarder veut dire ? Qu'est-ce que penser l'action de regarder, si ce n'est précisément regarder cette pensée comme une action ? regarder : un penser en acte ?
L'une des caractéristiques de l'œuvre de Georges Didi-Huberman, maintes fois rappelée pendant ces deux journées d'échange et dans les textes qui suivent, est de pratiquer une forme savante de décloisonnement des recherches, tout en respectant des méthodes de travail très différentes. C'est ainsi que les essais très denses sur les contemporains (Hantaï, Penone, Turrell, etc.) ne sont pas gravés du même style, et n'avancent pas au même pas, que les textes théoriques très approfondis (pour ne citer que cette trilogie, dont le titre même de ce recueil s'inspire à l'évidence: Devant l'image, Devant le temps, L'Image survivante (2)). En même temps, tous ces ouvrages font bien partie d'un même œuvre, pour le moins déjà impressionnant, et toujours, faut-il le rappeler, in progress… – et nous de progresser avec lui. Ainsi, de même que le présent et le passé s'éclairent mutuellement, de même dans la pratique de la pensée didi-hubermanienne, la philosophie et la psychanalyse, notamment, éclairent-elles l'histoire de l'art d'un jour nouveau (ne serait-ce qu'à son corps défendant), sans oublier, entre autres, l'orientation politique des ouvrages parus entre-temps (Quand les images prennent position, Survivance des lucioles, Remontages du temps subi (3)).
Autant dire que l'organisation même de ce volume, prenant acte du colloque tout en le prolongeant, n'allait pas de soi. un premier mouvement aurait volontiers conservé l'ordre des interventions, mais tous les intervenants ne souhaitaient pas nécessairement publier un texte (que Jean-Pierre Criqui, Elie During, Philippe-Alain Michaud et Dominique Païni soient au moins ici chaleureusement remerciés de leur présence à Bordeaux). un second mouvement aurait permis d'articuler ces actes autour de trois « blocs de pensée » (histoire de l'art et anthropologie des images ; esthétique et philosophie de l'art ; art et politique en un sens élargi). or c'eût été précisément aller à l'encontre de leur objet : penser avec Georges Didi-Huberman, avec « GDH » si l'on ose employer l'acronyme, cela veut dire également chercher toujours plusieurs montages possibles.
C'est pourquoi, finalement, l'ordre alphabétique des contributeurs s'est révélé à la fois le plus simple et le plus heuristique : s'ouvrant du même coup avec le bref et suggestif texte de Pascal Convert, se concluant apparemment avec le long et stimulant envoi de Bernard vouilloux, avant de s'ouvrir à nouveau avec la lettre de Laura waddington, ce volume contient pas moins de treize textes, dont les résonances seront laissées aux heureux hasards de l'alphabet. Dans cet ordre strict, comme « encadré » par deux textes d'artistes, Georges Didi-Huberman se retrouve ainsi parmi les siens, nous faisant l'amitié de participer non seulement à la précédente rencontre (au cours de laquelle il intervint lui-même après chaque exposé), mais encore à la présente publication, à travers un texte inédit. voilà bien, enfin, ce qui s'appelle penser avec quelqu'un… C'est tout le bonheur que nous vous souhaitons à cette lecture.


1 Cf. notamment Penser par les images. Autour des travaux de Georges Didi-Huberman, L. zimmermann (dir.), nantes, Cécile Defaut, 2006.
2 Cf. G. Didi-Huberman, Devant l'image. Question posée aux fins d'une histoire de l'art, Paris, Minuit, 1990; Devant le temps. Histoire de l'art et anachronisme des images, Paris, Minuit, 2000 ; L'Image survivante. Histoire de l'art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Minuit, 2002.
3 Cf. G. Didi-Huberman, Quand les images prennent position. L'œil de l'histoire, 1, Paris, Minuit, 2009 ; Survivance des lucioles, Paris, Minuit, 2009 ; Remontages du temps subi. L'œil de l'histoire, 2, Paris, Minuit, 2010.
 
[haut de page]