flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Situations
Lydia Okumura [tous les titres]
Sternberg Press [tous les titres] Monographies et livres d'artistes [tous les titres]
Lydia Okumura Situations
Edité par Rachel Adams.
Textes de Rachel Adams, Sandra H. Olsen, Mari Rodriguez Binnie, entretien avec Lydia Okumura par Rachel Adams.

Conception graphique Mark Owens et Sarah Cleeremans.
paru en janvier 2017
édition anglaise
22,9 x 29,2 cm (broché)
112 pages (ill. coul. et n&b)
24.00 €
ISBN : 978-3-95679-291-5
EAN : 9783956792915
en stock
 
Ce catalogue monographique met en lumière le travail méconnu de l'artiste brésiliano-japonaise Lydia Okumura, dont les sculptures, installations et œuvres graphiques enrichissent le champ de l'abstraction géométrique depuis près de cinquante ans.
Influencée par l'art conceptuel, le minimalisme, le Land art, l'Arte Povera, le concrétisme et le néo-concrétisme brésiliens, l'œuvre de Lydia Okumura entend brouiller les distinctions entre les dimensions spatiales, jouant des lignes, des surfaces planes et des ombres à l'aide de matériaux simples comme la ficelle, le verre et la peinture. Offrant des points communs avec les travaux de Lygia Pape, Carmen Herrera, Dorothea Rockburne et Robert Irwin, les réalisations de Lydia Okumura restent néanmoins méconnues du public. Cette publication entend réévaluer son importance au sein de l'histoire contemporaine de l'art à travers un essai de Rachel Adams, un texte de l'historienne de l'art Mari Rodriguez Binnie sur l'avant-garde brésilienne entre 1960 et 1975, un entretien avec Lydia Okumura et une documentation photographique d'ampleur.
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme, UB Art Galleries, Buffalo, États-Unis, du 8 septembre 2016 au 8 janvier 2017.
Lydia Okumura (née en 1948 à São Paulo, vit et travaille à New York) est née au Brésil d'une famille d'immigrants japonais. Elle poursuit sa scolarité au sein d'une école japonaise au Brésil, ce qui lui permet d'acquérir une double identité culturelle qui continue de résonner dans son travail d'artiste. Encouragée par son père Takashi, un illustre calligraphe, Lydia Okumura embrasse la carrière artistique et se spécialise dans la céramique et la peinture, réalisant sa première exposition en 1968 à la galerie Varanda.
En 1970, elle commence à travailler avec le collectif de São Paulo Equipe3, composé des artistes Genilson Soares et Francisco Inarra. Leur installation commune à la Biennale internationale de São Paulo en 1973 marque pour Okumura le développement d'un intérêt pour les compositions géométriques in-situ. Elle quitte le Brésil pour New York en 1974, à la faveur d'une bourse d'artiste, et continue d'exposer aux États-Unis et à São Paulo. Okumura voyage au Japon pour la première fois en 1979, dans le cadre d'une résidence à l'université de Wako. Elle exposera par la suite au Musée d'art contemporain de Hara à Tokyo, où certaines de ses œuvres font désormais partie de la collection permanente. Elle s'installe définitivement à New York en 1989, où elle poursuit ses recherches dans son studio de Union Square.