flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
5 Streams (CD)
Norscq [tous les titres]
Optical Sound [tous les titres]
 Norscq 5 Streams (CD)
Mastering : Norscq.

Conception graphique : Servovalve.
Photographies : Clémentine Roy.
paru en octobre 2006
CD crystalbox
60'14, 8 titres, portfolio 8 pages
15.00 €
en stock
 
Le troisième album de Norscq (The Grief / The Atlas Project), basé sur deux projets pour performances, retravaillés et re-composés, constitue une synthèse parfaite de ses précédents travaux, mêlant textes anciens orientaux, electronica post-industrielle hypnotique et dark ambient.
5 Streams est le troisième album de Norscq après Lavatronic (2000) et son cousin Lavatron.X (2002). En 2001, Norscq a commencé à travailler de manière intensive pour Ibrahim Quraishi, metteur en scène US pakistanais de la Compagnie Faim de Siècle, composant la musique de nombreuses performances. En 2004, ils participèrent à un projet spécial intitulé Baburnama réalisé au Japon et en Inde qui s'est avéré être un flop artistique à cause de mauvaises intentions artistiques et autres malsaines pressions politiques de la part des commissionnaires et en 2005 et 2006, la Compagnie Faim de Siècle a réalisé aux USA le spectacle 5 streams toujours en action. Ces deux spectacles utilisent des textes anciens des traditions islamiques et hindoues et sont issus des ruminations personnelles d'Ibrahim Quaraishi sur un monde déchiré par les conflits et rassemblé par des histoires et identités communes. Dans le spectacle 5 streams, sons explosifs, voix hypnotiques, vidéo live et installation de corps offrent un voyage sensoriel complet au travers des croyances, mythologies et des complexes polarités culturelles de l'Asie du Sud moderne. Le travail explore les philosophies, visions artistiques et histoires sous-jacentes et communes, trop souvent survolées, qui continuent à réunir les peuples de cette vaste et dynamique région. Tout au long de la transformation de l'espace, il se tisse une narration non linéaire dans la distorsion délinéante du temps et des distances. Le public est emmené au travers de trois espaces distincts où voix jouées, mouvements, electronica contemporaine, performance et installations engloutissantes s'entrelacent avec dévotions et pratiques traditionnelles pour créer une synergie sonique au sein des cultures contemporaines avec leurs trajectoires historiques confondantes débordant sur les mythologies « pop » d'aujourd'hui. Pendant l'été 2006 Norscq a retravaillé sur les matériels qu'il avait composés pour ces deux spectacles en éditant, re-composant, mixant et mélangeant certains d'entre eux ensembles pour arriver à des morceaux nouveaux, ré-arrangeant, enregistrant nouveaux instruments et voix. L'album 5 streams est un vrai disque de musique originale, ayant sa propre vie au-delà des spectacles et loin des compilations de bandes originales, qui inclut de nombreux enregistrements réalisés sur place avec les performeurs et aussi quelques amis musiciens français. Il semble que 5 streams se révèle être une synthèse et un point de ralliement parfait des précédents travaux de Norscq que ce soit sous son son nom ou encore sous le les noms de The Atlas Project et The Grief ouvrant de nouveaux horizons pour les travaux à venir.

« Mûri en grand partie par l'intense collaboration avec Ibrahim Quraishi, directeur de la Compagnie Faim de Siècle, et des musiques composées pour quatre de leurs performances, 5 Streams pose des  textes anciens et occasionnellement des chants de la tradition islamique et hindoue sur une electronica glaciale et sombre qui se fait plus tiède avec la transe de Fall after fight, renvoie aux expériences de ses compatriotes, Von Magnet dans Belly button avec son récitatif absent et aérien mélé avec résonances circulaires et troubles concrets, s'assombrit avec l'atmosphère oppressante de la partie centrale du lugubre et dark ambient As a warrior, I could have danced all night, chuchotements presque craintifs, montre un cynique détachement dans le torrentiel Nature and paradise et dans l'épisode plus accessible, le remarquable The man with a plan, avec guitare et cordes parcouru par des bruits d'animaux grinçants et peu rassurants ainsi que par une rumeur invisible de jungle.
Les éléments ethniques, bien que présents sont à peine plus qu'une coloration et ne parviennent pas à égratigner l'empreinte sombre, presque post-industrielle, et aurait-on envie de dire, l'aura négative qui marque 5 streams. »
Paoli Bertoni, Blow Up
Voir aussi : Pierre Beloüin, Yann Jaffiol & Norscq ; The Grief.