flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Large Dark Wind Chime (Tritone Westy) – Vinyl LP
Klaus Weber [tous les titres]
Sternberg Press [tous les titres] Audio / vidéo [tous les titres]
Klaus Weber Large Dark Wind Chime (Tritone Westy) Vinyl LP
Concept et composition de Klaus Weber.

Graphisme : Christian Wurster.
paru en 2009
12'
35.00 €
en stock
(derniers exemplaires
disponibles !)
 
L'enregistrement du son d'un carillon à vent gigantesque réalisé par Klaus Weber pour diffuser depuis le dôme de Secession des « mauvaises vibrations » dans la ville de Vienne pendant la durée d'une exposition de l'artiste.
Ce disque vinyle contient l'enregistrement du son d'un carillon à vent gigantesque, haut de 4,3 mètres, réalisé en aluminium par Klaus Weber pour diffuser depuis le dôme de Secession des « mauvaises vibrations » dans la ville de Vienne pendant la durée de l'exposition de Klaus Weber (de septembre à novembre 2008).
La composition est basée sur la dissonance du tritonus (une quinte diminuée), l'« intervalle du Diable », utilisé depuis le Moyen-Âge pour évoquer la sexualité ou l'étrangeté et popularisée par le heavy metal.
Le carillon est conçu de manière à ce que les modulations de fréquences créent différents rythmes et différentes formes d'onde lorsque les tubes vibrent simultanément, produisant un bourdon variable dans l'espace de l'exposition qui s'ajoute aux sons de l'environnement urbain extérieur. L'enregistrement n'a fait l'objet d'aucune manipulation en studio.
En face B du disque, vierge, sont gravées à la main la partition et les descriptions des pistes, accompagnées d'un dessin.
Edition limitée à 666 exemplaires.

Voir aussi : Klaus Weber – Secession (catalogue publié à l'occasion de l'exposition de Klaus Weber à Secession).
Les constructions de Klaus Weber (né en 1967 à Sigmaringen, vit et travaille à Berlin) semblent à première vue être le résultat d'un travail de scientifique ou d'ingénieur, nées en laboratoire plutôt que dans l'espace d'une galerie, et rappellent les hybridations des taxidermistes exposées dans les musées d'histoire naturelle victoriens. L'artiste allemand utilise principalement des éléments naturels, météorologiques ou biologiques (vent, rayons du soleil, pluie, plantes et insectes). Mais, combinés avec divers matériaux industriels, ceux-ci prennent des apparences extraordinaires : une averse suit le mouvement d'une voiture un jour sans pluie, une petite tornade se forme devant un aspirateur, des champigons apparaîssent sur le bitume, une plante sans racines est suspendue dans les airs, une mite gigantesque surgit des pages sport d'un quotidien...