Basim Magdy

 
Oscillant entre un monde imaginaire et le monde tel que nous le connaissons, les œuvres de Basim Magdy (né en 1977 à Assiout, Egypte, vit et travaille à Bâle et au Caire) se déploient dans un environnement dépourvu d'indications spatiales et temporelles. Elles n'en possèdent pas moins une temporalité précise, celle de l'instant qui précède immédiatement la révélation que notre vision idéalisée du futur tourne court. Ce sentiment est présent, par exemple, dans le film intitulé The Dent (2004), où est décrite l'effervescence qui s'empare d'un petit village aspirant à organiser les Jeux olympiques. Lorsque, malgré tous les efforts et sacrifices des habitants, l'échec semble inévitable, ceux-ci recourent à l'hypnose pour immobiliser un cirque. Dans un autre film, intitulé The Everyday Ritual of Solitude Hatching Monkeys (2014), un homme compose un numéro de téléphone au hasard et raconte comment il s'est retrouvé dans la plus complète solitude après que toute sa communauté, partie à la plage, n'en fut jamais revenue. Surréelles, ces compositions visuelles qui captent l'espace où s'engouffrent désirs vains et désillusions traduisent avec humour le scepticisme dont Magdy fait preuve à l'égard des formes de l'utopie, méditant sur la confiance avec laquelle nous préemptons un état futur de progrès. Comme il l'explique lui-même : « Je suis fasciné par la façon dont nous nous leurrons constamment en envisageant un avenir totalement coupé du présent comme du passé. L'avenir qui nous fut promis au début du XXe siècle n'est jamais advenu, parce qu'il n'était pas ancré dans les réalités des années 1960. »
 
Basim Magdy - Il n\'y aura pas d\'étoiles filantes
2016
édition bilingue (français / anglais)
Jeu de Paume - Monographies
Extension éditoriale du projet vidéo éponyme de Basim Magdy, un récit onirique en immersion dans l'océan (dans le cadre du programme « Satellite » organisé par le Jeu de Paume et le CAPC).


 haut de page