flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Max Feed – Œuvre et héritage de Max Neuhaus
Max Neuhaus [tous les titres]
divers [tous les numéros]
Max Neuhaus Max Feed Œuvre et héritage de Max Neuhaus
Edité par Daniele Balit.
Contributions de Seth Cluett, Steven Connor, Laurent Déveze, Trisha Donnelly, Stefan Helmreich, Patrick Javault, Nina Katchadourian, Myriam Lefkowitz, Barbara London, Max Neuhaus, Pierre Restany, Simon Ripoll-Hurier, Théo Robine-Langlois, Sébastien Roux, Matthieu Saladin, Claudia Squitieri, Jonathan Sterne, Samon Takahashi, Oleg Tcherny, Olivier Vadrot, Anne Zeitz.

Conception graphique : Timon Chapelain, Julie Laalaj, Thomas Bizzarri.
paru en septembre 2018
édition française
19 x 26,5 cm (broché)
196 pages (ill. coul. et n&b)
20.00 €
ISBN : 978-2-9564046-0-6
EAN : 9782956404606
en stock
 
Hors-série D'Ailleurs, la revue de recherche de l'Institut supérieur des beaux-arts de Besançon, Max Feed est le résultat d'une réflexion collective sur l'héritage de Max Neuhaus, considéré comme le père de l'installation sonore.
À l'intersection de différentes terminologies et modes de perception, l'artiste américain Max Neuhaus a revendiqué une conception émancipatrice de l'expérience sonore à travers des œuvres pionnières comme Listen (1966) et Drive-in Music (1967) mais aussi, plus largement, par le biais d'une production « topographique » marquant un passage historique de la musique au son.
Articulant les rapports d'attention entre individu et environnement dans une perspective transdisciplinaire – art, science, design sonore, urbanisme, paysagisme –, l'écologie de l'écoute de Neuhaus constitue l'une des expériences fondatrices des sound studies.
Les traductions de textes majeurs, rééditions et contributions inédites d'artistes et auteurs réunies dans ce volume prolongent l'exposition collective « Max Feed » présentée en 2016 au Frac Franche-Comté, puis à l'Institut supérieur des beaux-arts de Besançon. Elles abordent les stratégies d'attention, les interactions et les transcodages liés à une sensorialité raréfiée et discrète.
Si, pour Neuhaus, le son est une affaire transculturelle, il est ici question de mobiliser des écoutes multiples (musique programmée, espace urbain et consumériste, radiophonie et télécommunications, son subaquatique, perception réduite et augmentée, psychoacoustique), tout en opérant une relecture critique de notions telles que l'immersion, l'« acousmanie » ou la présence sonore.
Au-delà des développements possibles de l'écoute contextuelle, la réflexion ouverte par Max Feed procède d'un parti pris consistant à considérer le son non comme une manifestation ontologique, mais comme une entité relationnelle participant à la production de l'espace social.
Publié suite aux expositions « Max Feed – Œuvre et héritage de Max Neuhaus » au Frac Franche-Comté, du 09 octobre au 30 décembre 2016, et « Mix-Feed » à l'Institut supérieur des beaux-arts de Besançon, du 10 novembre au 9 décembre 2016.
Max Neuhaus (1939-2009) est un artiste américain. Il a commencé sa carrière comme interprète du répertoire pour percussions des musiques expérimentales dans les années 1960 (Stockhausen, Cage, Feldman, etc.), pour ensuite se consacrer au travail du son dans le champ des arts plastiques, à travers notamment des interventions dans l'espace public sous forme d'installation sonore (dont il forgera le terme), ainsi qu'au design sonore. Artiste de renommée internationale, ses œuvres sont présentées de manière permanente à Times Square, New York, USA (Dia: Beacon) ; la Kunsthaus de Graz, Autriche ; le Castello di Rivoli, Museo d'Arte Contemporanea, Italie ; CAPC Musée d'Art Contemporain de Bordeaux ; le AOK Building de Kassel et la ville de Stommeln en Allemagne. Il a par ailleurs eu des expositions au MoMA, au Whitney Museum of American Art, à New York ; à l'ARC, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris ; le Centre National d'Art Contemporain de Grenoble ; la Kunsthalle de Bâle et la Kunsthalle de Bern en Suisse ; il a participé également aux Documenta 6 et 9 de Kassel et à la Biennale de Venise).