flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
So Far So Good
Walter Swennen [tous les titres]
(SIC) [tous les titres] Pinceau [tous les titres]
Walter Swennen So Far So Good
Edité par Raphaël Pirenne et Dirk Snauwaert.
Textes de Walter Swennen, Caroline Dumalin, Quinn Latimer, Olivier Mignon & Raphaël Pirenne, Dirk Snauwaert.

Conception graphique : Saskia Gevaert.
paru en octobre 2013
édition bilingue (français / anglais)
24 x 28 cm (broché, couv. à rabats)
256 pages (ill. couleur et n&b) + 32 pages (cahier de texte)
40.00 €
ISBN : 978-2-930667-06-5
EAN : 9782930667065
en stock
 
Monographie rétrospective et catalogue de Walter Swennen, artiste majeur de la scène artistique belge et européenne depuis les années 1980.
Ce catalogue est composé d'une large sélection reproduite en couleurs des peintures de l'artiste, d'une section consacrée à ses écrits (rédigés entre les années 1960 et 2000), ainsi que de deux essais inédits : dans le premier, Quinn Latimer analyse la fonction poétique de la peinture de l'artiste à l'aune de la question du langage chez Walter Benjamin ; le second, écrit par Olivier Mignon et Raphaël Pirenne, étudie de quelle manière s'est opérée, entre 1980 et 1981, la « naissance » de ce peintre-ventriloque par une reconversion radicale de l'héritage broodthaersien. Le catalogue est enfin accompagné d'un index des peintures réalisées par l'artiste depuis les années 1960 jusqu'à nos jours.
Publié à l'occasion de l'exposition de Walter Swennen au Wiels, Bruxelles, d'octobre 2013 à janvier 2014.
À l'instar d'autres peintres de sa génération, Walter Swennen (né en 1946 à Bruxelles, vit et travaille à Anvers) envisage et explore la peinture à travers de nouvelles perspectives, en y intégrant des principes issus d'autres disciplines. Après avoir été poète au milieu des années 1960, et comme par réaction à la « réduction » du visuel opérée par l'art conceptuel, il décide, au début des années 1980, d'explorer les possibilités poétiques de la peinture. Son œuvre ne se caractérise manifestement pas par le langage visuel spontané et héroïque propre à ses contemporains néo-expressionnistes. Rétrospectivement, il apparaît que Swennen se consacre au questionnement des problèmes spécifiques de la peinture avec une prédilection pour des formes d'intégration, de détournement ou de relativisation de la culture visuelle, qu'elle soit populaire ou non.