flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Dominique Gauthier [tous les titres]
Analogues [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Dominique Gauthier <!---->
Textes de Robert Bonaccorsi et Bernard Marcelis.
paru en octobre 2012
édition bilingue (français / anglais)
24 x 30 cm (relié)
176 pages (91 ill. coul.)
34.00 €
ISBN : 978-2-35864-041-1
EAN : 9782358640411
en stock
 
Monographie de référence couvrant les dix dernières années de créations baroques et obsessionnelles du peintre français, avec une centaine d'illustrations et deux essais.
Né en 1953 à Paris, Dominique Gauthier vit et travaille dans l'Hérault.
« La peinture de Dominique Gauthier ne se conçoit, n'existe et ne se découvre que dans l'excès. Une spécificité consubstantielle à sa démarche qui s'affirme aussi bien dans le simple constat de la dimension de la plupart des toiles, mais surtout dans l'ampleur, la luxuriance, le paroxysme même de cette œuvre qui se déploie dans un mouvement contradictoire, telle la manifestation d'une maîtrise aléatoire qui ne peut que susciter l'étonnement. Une fascination qui se perpétue dans le vertige du regard découvrant une prolifération de formes, de masses, de contours, de coulures, d'épaisseurs, de superpositions, de spirales où la couleur devient fonction, donnée première, immédiate et nécessaire. Depuis 1976, Dominique Gauthier bouscule dans son travail la règle, le discours convenu sur l'abstraction, la déconstruction, le monochrome... La peinture s'apparente ici à un enjeu, une prise de risque, une aventure. Le tableau devient le lieu d'une expérience visuelle et plastique, une entité singulièrement reliée à la complexité d'un travail en perpétuel renouvellement, en constant devenir. Un ensemble, des ensembles, en lieu et place d'une pratique sérielle qui peut être souvent anecdotique. Des séquences qui s'interpellent, entraînant des effets (des affects) collatéraux d'une peinture à l'autre. Remettre en question les conventions, la norme, consiste également pour Dominique Gauthier à se confronter aux limites même du tableau, à jouer non avec la citation, mais à puiser ses références dans le vivier d'un vocabulaire technique et formel, comme autant d'éléments discernables, revisités, auxquels s'ajoutent des emprunts matériels, des fragments de peinture, des réappropriations... » (Robert Bonaccorsi)