flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Correspondance – 1918-1959
Marcel Duchamp & Henri-Pierre Roché [tous les titres]
MAMCO [tous les titres] Ecrits d'artistes [tous les titres]
 Marcel Duchamp & Henri-Pierre Roché Correspondance 1918-1959
paru en février 2012
édition française
17 x 24 (broché)
304 pages (6 ill. n&b)
22.00 €
ISBN : 978-2-94015-949-9
EAN : 9782940159499
en stock
 
Les correspondances de l'artiste et du collectionneur et homme de lettres : un témoignage unique, qui contribue à la compréhension de tout un pan de l'art du XXe siècle, sur la personnalité de Duchamp, sur ses relations à ses amis, à ses œuvres et sur la lente réception de celles-ci, aux États-Unis et en France.
En décembre 1916, Marcel Duchamp, devenu célèbre outre-Atlantique grâce à son Nu descendant un escalier exposé à l'Armory Show (1913), fait la rencontre de Henri-Pierre Roché, attaché à une mission diplomatique française aux États-Unis, collectionneur et homme de lettres, Don Juan très actif. La séduction est immédiate, réciproque. Marcel sera « Victor », et plus familièrement « Totor », pour Henri-Pierre qui est le premier des fidèles de Duchamp, et qui garde dès leur rencontre les Neuf Moules Mâlic, appelés entre eux Le Petit Verre, matrice de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, l'opus magnum de l'artiste.
Après 1919, l'amitié se renforce à Paris, les Carnets de Roché, quelques billets, des affaires artistiques et commerciales (en particulier l'acquisition en commun des Brancusi de la collection Quinn, l'aventure des Rotoreliefs) en témoignent. Cette relation, fidèle, exemplaire, est transcrite dans une Correspondance que les circonstances de guerre après 1940, et le choix de Marcel Duchamp de vivre aux États-Unis, rendent abondante, précise, familière. L'attention extrême que Roché porte à l'œuvre de Duchamp, et l'ironie affectueuse de ce dernier, constituent un témoignage très éclairant des relations de l'artiste à « ses choses », comme il appelle ses œuvres, et de leur lente réception, aux États-Unis et en France, après 1945.
Roché conserve à peu près toutes les lettres de son ami. Duchamp (et son épouse Teeny) seulement celles de Roché postérieures à 1953 – date à laquelle celui-ci publie son roman Jules et Jim. Les échanges sont continus, vifs, drôles, affectueux. Ils préparent parfois des séjours de Duchamp à Paris. Ils constituent un témoignage précieux, unique, qui illustre et met en scène sans aucun fard la personnalité singulière de Marcel Duchamp, cela jusqu'à la disparition de Henri-Pierre Roché en 1959.
La publication de cette Correspondance est un apport nouveau à la connaissance de ces deux personnalités comme à l'histoire d'une amitié sans faille de plus de quarante ans. Elle contribue à la compréhension de tout un pan de l'art du XXe siècle.
Voir aussi : Marcel Duchamp.