flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Le Splendide XIXe siècle des Surréalistes
Les presses du réel – domaine Histoire de l'art [tous les titres] – collection Œuvres en sociétés – Anthologies [tous les titres]
  Le Splendide XIXe siècle des Surréalistes
Edité par Julia Drost et Scarlett Reliquet.
Préface de Andreas Beyer et Guy Cogeval.
Textes de Alain Bonnet, Henri Bordes, Victoria Combalía, Daniel Compère, Thierry Davila, Julia Drost, Fabrice Flahutez, Vincent Gille, Annabelle Görgen-Lammers, Stefanie Heraeus, Étienne-Alain Hubert, Robert Kopp, Dominique Païni, Scarlett Reliquet, Marlen Schneider.

Coédition avec le Musée d'Orsay et le Centre allemand d'histoire de l'art.
Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d'Histoire de Sciences Po.
paru en mai 2014
édition française
17 x 20 cm (broché)
352 pages (ill. coul. et n&b)
26.00 €
ISBN : 978-2-84066-641-7
EAN : 9782840666417
en stock
 
Un examen collectif des relations entre le surréalisme et le « splendide XIXe siècle » qui habitait André Breton, et les mutations qui se sont opérées dans le domaine des idées politiques, du développement industriel, de la psychiatrie, de la philosophie ou de la morale, entre appropriation, détournement ou rejet.
André Breton, dans son texte « Le merveilleux contre le mystère », écrivait : « Splendide XIXe siècle en deçà duquel il faut remonter d'un bond au XIVe siècle pour fuser dans le même ciel redoutable en peau de chat-tigre », une manière sibylline et poétique de dire à la fois son adhésion, son besoin de métamorphose et d'émancipation par rapport à la « civilisation » du XIXe siècle. Les jeunes membres du mouvement surréaliste, qui avaient tous entre vingt et trente ans à sa création, ont baigné dans une culture politique, littéraire et visuelle qui a constitué, pour eux, un terreau idéal. Il ne leur restait plus qu'à lancer leur machine de guerre contre la logique, la bienséance et la morale et à libérer l'art ! Le bouillonnement économique, politique et social de l'Europe du XIXe siècle qui connaît les insurrections nationales, l'âge industriel, l'émergence du syndicalisme, du socialisme et les progrès de la médecine, avait tout pour séduire les surréalistes, eux qui prônaient la révolte entre incitation à la violence et imagination. Qu'ils soient écrivains et/ou artistes, Louis Aragon, André Breton, Robert Desnos, Marcel Duchamp, Paul Eluard, Max Ernst, Dora Maar et Philippe Soupault se sont tous fait, à un moment donné, les chantres de ce XIXe siècle travesti.
Publié suite au colloque éponyme organisé au musée d'Orsay, Paris, en juin 2009.

Julia Drost est directrice de recherche au Centre allemand d'histoire de l'art à Paris, responsable de la documentation Max Ernst et des Jeunes chercheurs. Elle a réalisé de nombreux travaux sur les avant-gardes artistiques de la première moitié du XXe siècle. En 2013, elle a été, avec Werner Spies, commissaire de la rétrospective Max Ernst à l'Albertina de Vienne et à la Fondation Beyeler de Bâle.

Scarlett Reliquet est historienne de l'art, responsable de programmation au service culturel et de l'auditorium du musée d'Orsay depuis 2007. Spécialisée dans l'histoire des avant-gardes artistiques de la première moitié du XXe siècle, elle est l'auteur, avec Philippe Reliquet, d'une biographie Henri-Pierre Roché, l'enchanteur collectionneur (Ramsay, 1999), de Marcel Duchamp/Henri-Pierre Roché et les Neuf Moules Mâlic (Les presses du réel, 2018) et éditeur de la Correspondance Marcel Duchamp-Henri-Pierre Roché (Mamco, 2012).