flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Les promesses du zéro – Robert Smithson, Carsten Höller, Ed Ruscha, Martin Creed, John M Armleder, Tino Sehgal
Michel Gauthier [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents [tous les titres] – collection Hors série [tous les titres]
Michel Gauthier Les promesses du zéro Robert Smithson, Carsten Höller, Ed Ruscha, Martin Creed, John M Armleder, Tino Sehgal
Publié avec le Mamco.
paru en 2009
édition française
17 x 24 cm (broché)
144 pages (5 ill. n&b)
ISBN : 978-2-84066-280-8
EAN : 9782840662808
épuisé
 
Inaptitude à voir (Smithson), sentiment de perte (Höller), absence de sens (Ruscha), quête du zéro (Creed), plaisir de la réification (Armleder) ou, au contraire, ultime tentative pour la déjouer (Sehgal) : cinq essais monographiques de Michel Gauthier pour dégager les données singulières qui remettent en cause les valeurs traditionnelles de l'art, à travers l'analyse de quelques-unes des œuvres majeures de notre temps.
Dans le demi-siècle écoulé, certaines valeurs que la conscience esthétique pensait statutairement attachées à l'art ont été remises en cause.
Vous pensiez que l'art devait accroître vos compétences perceptives. Plongez les yeux dans Mirror Vortex de Robert Smithson et vous changerez d'avis. « Pourquoi ne pas reconstruire notre incapacité à voir? » demande, en effet, Smithson à l'issue de son voyage au Yucatàn. Glissez, dans un plein abandon, sur les toboggans de Carsten Höller, dans un musée transformé en amusement park, une autre interrogation vous viendra : « Pourquoi ne pas construire notre capacité à nous perdre ? ». Si vous croyiez aussi que l'art a pour vocation de donner du sens, il vous suffira de parcourir les livres d'Ed Ruscha pour comprendre que l'une des tâches de l'œuvre peut être précisément de s'en abstenir – une photographie de station-service ne voulant être rien d'autre qu'une photographie de station-service. De ce littéralisme foncier, l'équation de Martin Creed se fait l'écho : « Le monde entier + l'œuvre = le monde entier ». Quant à l'essence de l'art, dont le dévoilement, depuis Manet, était promis, les Furniture Sculptures de John M Armleder en ont résolument perdu le souci. Leur formalisme postmoderne met en scène sans désenchantement une réification qu'il offre même à notre jouissance, mais que les « situations scénographiées » de Tino Sehgal, que rien ne documente, ne désespèrent pas d'entraver.
Inaptitude à voir, sentiment de perte, absence de sens, quête du zéro, plaisir de la réification ou, au contraire, ultime tentative pour la déjouer, telles sont les singulières données que l'ouvrage de Michel Gauthier dégage à travers l'analyse de quelques-unes des œuvres majeures de notre temps.

« A travers six chapitres monographiques consacrés à des artistes majeurs de notre temps choisis parce qu'ils initient, reconsidèrent ou radicalisent certains paradigmes postmodernistes, Michel Gauthier dégage et interroge l'héritage contemporain des néo-avant-gardes des années 60. Cet ouvrage aide à comprendre certaines mutations esthétiques essentielles à travers l'analyse d'œuvres décrites avec précision et replacées dans le contexte de la démarche des artistes envisagés, mais aussi mises en perspective de manière transversale avec des réflexions tenues notamment dans la littérature, domaine que Michel Gauthier affectionne et pratique. »
Sophie Trivière, Dits n° 13

« Il en va d'un constat sur l'époque qui ouvre des perspectives pour penser les œuvres aujourd'hui à partir d'une fin de la réification, de la conscience du langage comme matériau, du public comme forme. (...) On a véritablement plaisir à découvrir, avec l'auteur, une pensée visuelle à l'œuvre. »
Marie de Brugerolle, Critique d'art n° 34

« Gauthier a su développer un style critique qui allie une limpidité extrême à une grande rigueur (...). Une critique très dense, savante, précise, brillante et ambitieuse. »
Jill Gasparina, Les Cahiers du Mnam
Critique d'art, conservateur au service des collections du Musée national d'art moderne, directeur de la collection L'espace littéraire aux Presses du réel et conseiller éditorial pour la revue 20/27, Michel Gauthier (né en 1958) collabore régulièrement aux Cahiers du Musée national d'art moderne où il a notamment publié des études sur Brancusi, Morris Louis, Richard Serra, Didier Vermeiren ou Andreas Gursky. Il a également fait paraître des articles consacrés à la littérature (Henry James, Francis Ponge ou Maurice Blanchot).