flux RSS (nouvelles parutions)
English version
Robert Filliou – Nationalité poète
Pierre Tilman [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Avant-gardes [tous les titres] – collection L'écart absolu – Fondamentaux [tous les titres]
commander
imprimer envoyer un lien
retour au descriptif lire un extrait (PDF) sommaire
 
extrait
 
Prologue - Les quatre vies de Robert Filliou

Si le monde de l’art, et surtout les nouvelles générations d’artistes, s’intéressent tellement à l’œuvre et à la personnalité de Robert Filliou, c’est qu’il se retrouve au cœur de questions qui sont celles de la création d’aujourd’hui et des étudiants des écoles d’art. Il existe une présence Filliou. Une évidence Filliou. Il est là, parmi nous. Il n’est pas quelque part, au loin, à l’écart, parmi les valeurs reconnues, protégé, mythifié, magnifié, sacralisé. Il n’est pas devenu un produit, une marque, une marchandise. Son impact est resté actif, intact. Le temps n’a en rien changé ni altéré son image, et sa production d’objets plastiques n’est jamais venue contredire ses affirmations et ses prises de position.
Robert Filliou garde quelque chose de fraternel, de chaleureux. L’homme est avant tout un humain, c’est-à-dire qu’il a partagé les mêmes galères, les mêmes duretés que les autres humains. Il a su en permanence faire preuve de drôlerie, de génie, de fantaisie mais son existence a aussi été violente et pathétique. Il a vécu parfois douloureusement ses contradictions, ses paradoxes, et il a réussi à les unifier et à les pacifier.
La curiosité que suscite le nom de Filliou va aussi avec pas mal de points d’interrogation. On ne connaît la plupart du temps que des pans de son aventure artistique et humaine. Son œuvre est plus importante que ne pouvaient le laisser supposer la spontanéité et l’apparent laisser-aller de l’artiste. Sa production dépasse largement les frontières de l’art. Ce livre est le premier à être écrit et publié sur la vie de Filliou. Il donne des informations, mais il est également l’œuvre d’un ami, d’un poète et d’un témoin de l’état d’esprit de toute une époque et de tout un courant de pensée.

Robert Filliou est un artiste qui a fait de sa vie son art. Et il a voulu qu’il en soit ainsi pour chacun d’entre nous. Il a voulu que notre vie soit vécue de façon plus intéressante, plus vivante, plus consciente, parce que nous sommes tous des artistes. Nous habitons tous sur le territoire de notre République Géniale. C’était son utopie, une utopie qui n’est pas restée abstraite, conceptuelle, virtuelle mais qu’il s’est efforcé de mettre concrètement en pratique dans sa propre existence quotidienne et dans celle de ceux qui l’entouraient. Pour lui, l’art n’a jamais constitué une fin en soi et ses propositions s’appliquent à la vie civile, sociale, politique.
À ce propos, il me semble nécessaire de préciser le point suivant : au moment où Robert Filliou est internationalement connu et reconnu et où il est montré dans les plus prestigieux lieux d’exposition, il n’est peut-être pas superflu de rappeler que son travail plastique n’a pas été conçu pour finir accroché sur les cimaises des musées, mais pour nous aider à mieux voir, à mieux entendre, à mieux concevoir, à mieux sentir. Les pièces qu’il a produites ne sont pas des objets de consommation culturelle. Elles sont des instruments pour notre compréhension, des mécanismes à fonctionnement mental, les simples outils d’un ouvrier de l’imaginaire. Dans la mesure du possible – il est interdit de toucher les œuvres dans les musées – il faut tenter de les garder opérantes, à portée de main et d’esprit.

Quand je pense à Robert Filliou, je pense à sa grande carcasse, à sa beauté marquée, forte, ingrate, à ses yeux agrandis derrière les verres épais de ses lunettes, à sa voix. Oui, j’entends surtout sa voix. Ce qu’il disait, et ses éclats de rire qui ponctuaient ses paroles.
Voix, voie, vie se fondent alors en un seul mot.
C’est pourquoi j’ai écrit ce livre sous forme de biographie. Pour montrer que la vie de Robert Filliou constitue d’abord son œuvre, autant que ses textes, ses poèmes, ses actions, ses vidéos, ses objets, qui sont ce qui reste d’un artiste une fois qu’il a disparu. Son existence est une vaste performance. Son existence est un poème qui s’est vécu dans le présent et qui lui a permis d’être attentif et ouvert au réel et aux choses de l’esprit. Son œuvre-vie est exemplaire, à la fois dans l’échec, dans l’humour, dans la plénitude, et dans l’exigence consciente de chaque instant.
Le déroulement de sa vie constitue également un parcours initiatique, qui part des années de jeunesse marquées par la guerre et la Résistance, qui se poursuit par une carrière d’économiste au sein du capitalisme américain, qui se continue par la recherche de l’artiste pour enfin s’achever dans la spiritualité, la retraite et la méditation.
J’aurais pu intituler cette biographie Les Quatre vies de Robert Filliou, qui se déroulent chronologiquement de la façon suivante, la guerre, l’économie, l’art, la spiritualité. Il aurait été possible d’en dénombrer plus. Il existe aussi plusieurs autres Robert, le fou, le buveur, le clochard céleste. Le titre aurait alors pu être Les Sept vies de Robert Filliou. Et il y a surtout le poète et toutes ses vies qui passent dans sa voix, les mots et le silence, et qui tracent le chemin de sa quête, La Voie de Robert Filliou.
 
[haut de page]