flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Castille Residence
Fabien Rigobert [tous les titres]
Centres d'art, musées, galeries & varia [tous les titres]
Fabien Rigobert Castille Residence
Textes de Mo Gourmelon, Adeline louis, Jérémie Degueldre, Jonathan Desachy, Alix Philippe, Céline Pruvot, Julie Foucher, Colette Goujon, Amélie Diet.

Publié avec Artconnexion.
paru en novembre 2013
édition bilingue (français / anglais)
12,5 x 21 cm (broché)
48 pages (5 ill. coul.)
5.00 €
ISBN : 978-2-84066-592-2
EAN : 9782840665922
en stock
 
Le projet réalisé par le photographe Fabien Rigobert au Logis Jeunes Castille d'Amiens en 2010 dans le cadre de l'action Nouveaux commanditaires.
Les photographies mises en scène de Fabien Rogobert sont volontairement ambiguës et cherchent à troubler le spectateur. Des personnages occupent le même espace, et pourtant rien ne laisse présager d'une quelconque intimité: les regards ne se croisent pas, les corps sont distants, les contacts rares. D'une extrême sophistication, l'image fixe ces moments de repli, de tension ou d'attente. Ce sont ces problématiques inhérentes à la vie du foyer, le lien social, la relation à l'autre, l'individu et le groupe, que les résidents du Logis Jeunes Castille d'Amiens ont souhaité aborder en passant commande d'une œuvre contemporaine, via une structure de médiation et production en art contemporain eagréé par la Fondation de France dans le cadre de l'action des Nouveaux commanditaires.
La proposition a été adressée à Fabien Rigobert, qui a réalisé une série de photographies, mélange de réel et de fiction, mettant en scène les commanditaires au sein des espaces collectifs du foyer. Chacun interprète alors un rôle, relevant à la fois de sa propre histoire, sa position au sein du groupe et de l'image qu'il souhaite donner de lui-même.
Fabien Rigobert (né en 1968, vit et travaille à Lille) mène une réflexion sur le rapport existant entre l'identité du sujet et celle de l'image. En théâtralisant l'ordinaire, il modifie la perception du « banal » et interroge la notion de réel par la mise en scène de personnages. Il conduit une recherche sur la pluralité des lectures que nous offrent les images, obligeant ainsi le spectateur à jouer un rôle d'interprète. Les photographies et les vidéos de Fabien Rigobert reposent sur un postulat : en dire le moins possible pour amener le spectateur à imaginer son histoire personnelle. Véritables parts de réel reconstitué, les œuvres de Fabien Rigobert sont énigmatiques, proposant une pluralité de lectures.
Fabien Rigobert a été lauréat du prix Altadis en 2003.