flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Découper le temps en son lieu – Parcours expérimental
Centres d'art, musées, galeries & varia [tous les titres]
  Découper le temps en son lieu Parcours expérimental
Edité par Bernhard Rüdiger.
Textes de Yann Annicchiarico, Axelle Bonnard, Jenny Lauro-Mariani, Bernhard Rüdiger

Conception graphique : Rémi Forte.

Publié par l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.
paru en septembre 2019
édition bilinue (français / anglais)
15 x 24 cm (broché)
160 pages (67 ill. n&b)
17.00 €
ISBN : 978-2-915213-34-8
EAN : 9782915213348
en stock
 
Un parcours expérimental qui retrace le travail d'interlocution entre individus à partir d'œuvres d'art entretenant un lien particulier au lieu.
Découper le temps en son lieu est un parcours expérimental mis en œuvre entre 2015 et 2017 par les artistes et théoriciens de l'unité de recherche Art Contemporain et Temps de l'Histoire. Cette édition retrace le travail d'interlocution entre chercheurs à partir d'œuvres d'art entretenant un lien particulier au lieu. Les œuvres qui reviennent avec insistance dans les discussions des artistes forment l'axe central d'une forme d'exposition inédite avec Roof Garden Commission de Pierre Huyghe de 2015 sur le toit du Metropolitan Museum de New York et son lien à Central Park et au Musée d'Histoire naturelle, Conical Intersect de Gordon Matta-Clark, réalisé dans le cadre la Biennale de Paris de 1975 dans les anciennes bâtisses en bois et plâtre qu'on détruisait dans le quartier de Beaubourg à cette époque, ou encore la rétrospective de Gerhard Richter à l'Albertinum de Dresde dans sa ville natale de l'Allemagne de l'Est totalement détruite en février 1945.
À deux occasions, dans le cadre de Vision au Palais de Tokyo en avril 2016 et puis au Réfectoire des nonnes à l'ENSBA de Lyon au mois de décembre, les artistes et théoriciens ont développé des objets rappelant la forme singulière de la maquette. Il s'agissait ainsi de construire dans l'espace de la galerie, par le dialogue collectif et par le geste, un atlas qui retrace la cartographie d'une pensée en acte.
Depuis une première exposition expérimentale au Réfectoire des nonnes en 2011, l'unité de recherche travaille à l'élaboration de tables, outils visuels qui permettent de dégager une discussion d'ordre théorique. Cette édition raconte l'écart décisif qui a été élaboré en transformant l'image qui reproduit une œuvre, outil habituel et nécessaire à la construction d'un atlas, en un objet réalisé au fur et à mesure de la discussion par des procédés et des gestes.
La conversation qui les accompagne, enregistrée en deux jours à Aisey-sur-Seine les 16 et 17 septembre 2017 par Yann Annicchiarico, Axelle Bonnard, Jenny Lauro-Mariani et Bernhard Rüdiger, puis transcrite et éditée avec la contribution de Vincent Ceraudo, Maïté Marra et Philippe Rousseau, n'est plus une pensée verbale aux prises avec des arguments visuels, mais la mise en pratique orale et manuelle de leur réification. Ce n'est pas à partir d'images que se construit la discussion, mais à partir de gestes qui transforment l'évocation d'un référent en une action. La pensée, ou plutôt l'oralité de la conversation collective, se fait ici praxis gestuelle, elle devient un outil heuristique qui détermine les arguments et les expose à l'espace concret de leur mise en forme visuelle et verbale.
Bernhard Rüdiger est artiste et enseigne à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Son travail sur l'espace, le son, l'expérience physique et perceptive du corps se nourrit d'une réflexion théorique sur le réel de l'œuvre et de sa responsabilité historique. Il a été exposé dans plusieurs musées et lieux d'art internationaux (Biennale de Venise, PS1 à New-York, Triennale de Milan...). Il dirige depuis 2004 l'unité de recherche Art Contemporain et Temps de l'histoire.