flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Pulp Paintings
Christodoulos Panayiotou [tous les titres]
Kamel Mennour [tous les titres]
Christodoulos Panayiotou Pulp Paintings
Texte de Jean Capeille.

Conception graphique : Éloïse de Guglielmo & Amélie du Petit Thouars (MOSHI MOSHI Studio).
paru en octobre 2018
édition bilingue (français / anglais)
17 x 24 cm (broché, couv. à rabats)
96 pages (ill. coul.)
15.00 €
ISBN : 978-2-914171-65-6
EAN : 9782914171656
en stock
 
Ce catalogue présente une série de peintures réalisée à partir de billets de banque démonétisés. Imposants plans de couleurs produits par la synthèse des billets d'origine, ces œuvres prolongent une recherche autour de matières dévaluées, dont la genèse est retracée au sein de la publication. Avec un avant-propos de Jean Capeille.
« Le récit du succès des Pulp Magazines tient à un principe de cohérence. Des narrations de rebut – épisodes de science-fiction, enquêtes policières, prétextes érotiques – tenues pour mineures trouvent dans le pulp paper (un papier de faible coût) le support matériel “inférieur” qui permet leur importante diffusion. Selon cette justification tautologique, la sophistication de l'objet renvoie à celle supposée de son contenu. L'opération que Christodoulos Panayiotou réalise avec les Pulp Paintings représente une faille dans ce principe de causalité. Il impose une forme compacte et plane à un amas de billets démonétisés, récupérés à la Banque de France, en créant de la pulpe de papier à partir de la monnaie déchiquetée dont il ne reste au terme du processus que la manifestation pigmentaire résiduelle. De cette matière invalidée ne subsiste qu'une nouvelle couleur produite par la synthèse de celles des billets d'origine. On dit de la couleur qu'elle représente la substance de l'objet : “blanchir l'argent” reviendrait à sceller son parcours, celui “dont on ne voit pas la couleur” l'institue comme seul gage de sa réalité. »
Jean Capeille
Publié à l'occasion de l'exposition de l'artiste à la galerie Kamel Mennour, Paris, du 15 octobre au 24 novembre 2018.
Christodoulos Panayiotou (né en 1979 à Limassol, Chypre, vit et travaille entre Limassol et Paris) transforme le monde en un théâtre au sein duquel se jouent les mythes qui nous unissent. D'une énigme à l'autre, ses œuvres révèlent les histoires cachées du monde, comme une archéologie contemporaine dont le rôle serait non plus de raconter l'Histoire mais de la reformuler. En prenant souvent Chypre comme toile de fond et point de départ, Christodoulos Panayiotou chorégraphie une histoire sans cesse réinventée et explore la manière dont de simples gestes peuvent agir tels des contrepoints subversifs aux récits nationalistes et homogènes.