flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art / El arte es lo que hace la vida más interesante que el arte
Robert Filliou [tous les titres]
Intervention [tous les titres] Monographies et livres d'artistes [tous les titres]
Robert Filliou L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art / El arte es lo que hace la vida más interesante que el arte
Textes de Robert Filliou, Jacques Donguy, Richard Martel, entretien de Robert Filliou avec Chantal Gaudreault.
paru en 2003
édition bilingue (français / espagnol)
23 x 30,5 cm (broché)
70 pages (ill. n&b)
21.00 €
ISBN : 978-2-920500-23-5
EAN : 9782920500235
en stock
 
Hommage / support à la parole de Filliou : une juxtaposition graphique de ses énoncés, propositions, recherches, poèmes, exercices et projets pour rendre compte de la complexité et du polymorphisme d'une trajectoire qui prend appui et se développe à même l'idée de la Création permanente.
Ce livre consacré à Robert Filliou est un relevé des principaux textes théoriques, énoncés et réalisations qui livrent l'essentiel de la pensée de l'artiste. Son apport au développement des activités artistique, poétique et alternative dans la deuxième moitié du vingtième siècle est considérable. Robert Filliou aura influencé un nombre considérable d'artistes, surtout ceux de la génération post 68.
Pour cette édition spéciale, nous rééditons, pour une remise en contexte, deux entretiens avec Robert Filliou, le parleur volubile et infatigable : une rencontre avec Jacques Donguy à Peyzac-Le-Moustiers en mars 1981 et un entretien avec Chantal Gaudreault à Québec en novembre 1979. Toujours dans la foulée de ce séjour au Québec, un texte de Richard Martel commente cette visite dans les centres d'artistes de la capitale.
Artiste français, Robert Filliou est né à Sauve (Gard) le 17 janvier 1926 et décédé aux Eyzies de Tayac (Dordogne) le 2 décembre 1987. À l'âge de 17 ans, en 1943, il rejoint la Résistance communiste (FTP). Après la guerre, il part aux États-Unis ; il reste employé chez Coca-Cola pendant deux ans. Il fait alors des études d'économie à l'Université de Californie à Los Angeles, obtenant un MA en 1951. C'est comme économiste qu'il travaille à Séoul (Corée) au service de l'Agence de reconstruction coréenne des Nations Unies, entre 1952 et 1954. Abandonnant alors ses fonctions, il consacre son temps à voyager, séjournant en Égypte et en Espagne. En 1957, il s'installe à Copenhague, où il épouse Marianne Staffeldt. En 1959, il rencontre Daniel Spoerri à Paris qui lui fait connaître l'avant-garde artistique, et l'année suivante Emmett Williams, avec qui il aura une collaboration artistique fructueuse. Il commence à écrire des pièces de théâtre : C'est l'ange, Soumission au possible… Parmi ses première œuvres, l'Étude d'acheminement de poèmes en petite vitesse, qui propose l'envoi par la poste de poèmes-objets, ou La Sémantique Générale, un alphabet illustré, ouvrent sur un territoire original s'étendant entre objets, action et poésie. En juillet 1962, il présente dans les rues de Paris sa Galerie Légitime, contenant des œuvres de Ben Patterson dans une casquette. Après un séjour à New York en 1964, il tient avec George Brecht La Cédille qui sourit à Villefranche-sur-mer, près de Nice, entre juillet 1965 et mars 1968 ; il s'agit pour lui de la première incarnation d'un « Centre international de création permanente ». Si sa participation à Fluxus fut limitée, son œuvre ultérieure en incarne tout l'esprit. De l'Autrisme (« quoi que tu fasses, fais autre chose ») au Principe d'équivalence (entre le « Bien-fait », le « Mal-fait » et le « Pas-fait »), de la Création Permanente au Territoire de la République Géniale, l'art est pour lui l'instrument d'une utopie sociale, valorisant la création dans la vie quotidienne. En 1985, il se retire dans un monastère bouddhiste en Dordogne.

Voir aussi Pierre Tilman : Robert Filliou, Nationalité poète ; Cyrille Bret : Robert Filliou et sa recherche.