flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Learning from Martigny
Valentin Carron [tous les titres]
JRP|Ringier [tous les titres] Livres & éditions d'artistes [tous les titres]
Valentin Carron Learning from Martigny
Edité par Lionel Bovier.
Texte de Nicolas Pages.
paru en février 2010
édition anglaise
16 x 22 cm (broché, couv. à rabats)
128 pages (80 ill. coul.)
32.00 €
ISBN : 978-3-03764-095-1
EAN : 9783037640951
en stock
 
Livre d'artiste inspiré d'un classique de la théorie architecturale moderne.
La parution, en 1972, de Learning from Las Vegas, a profondément marqué la discipline architecturale par l'analyse que Robert Venturi, Denise Scott Brown et Steven Izenour ont proposé du passage du modernisme au post-modernisme en architecture, incarné notamment dans les nouveaux contenus symboliques véhiculés par le paysage des banlieues commerciales américaines.
Valentin Carron s'en inspire et rassemble pour Learning from Martigny une documentation photographique sur son environnement, source de nombre de ses travaux, ainsi que des images de ses sculptures et peintures.
Imprimé à l'encre métallique, l'ouvrage, dont le graphisme est conçu par Gavillet & Rust/Eigenheer, inclut un texte inédit de l'écrivain Nicolas Pages.
Ouvrage primé dans le cadre du concours « Les plus beaux livres suisses 2009 ».
Valentin Carron (né en 1977 à Fully, vit et travaille à Martigny et à Genève) représente, aux côtés d'Andro Wekua, de Mai-Thu Perret ou de Vidya Gastaldon, un certain renouveau de la scène artistique suisse, dont il est l'une des figures les plus éminentes. Ses scultpures, ses peintures et ses installations mélangent les genres et renouvellent les stratégies de l'appropriationnisme et du pop art, Carron réinterprétant les symboles familiers de formes vernaculaires qui échappent à la culture dominante (symboles puisés notamment dans l'héritage culturel du Valais natal de l'artiste) de façon à les rendre ambigus et déroutants. Ni authentiques ni kitsch, ni ready-made ni réellement artisanaux, les objets qu'ils créé renvoient au caractère construit de l'identité et suscitent le doute sur l'authenticité des choses et de leurs significations, jouant avec l'ambiguïté des matériaux (faux bois, faux béton, faux bronze...) et avec une iconographie du pouvoir et de l'autorité (sculptures publiques, monuments commémoratifs, etc.).
Ayant effectué sa formation aux écoles d'art de Sierre et de Lausanne, Valentin Carron a commencé sa carrière en 2000 par une série d'expositions largement remarquées : aux premières réalisées au Mamco et au Centre d'Art Contemporain de Genève succédèrent celles de la Kunsthalle à Zurich et du Swiss Institute à New York. La croix monumentale dressée par Valentin Carron sur la Messeplatz dans le cadre d'Art Basel 2009 est restée dans les mémoires. En 2010, à Paris, le Palais de Tokyo a consacré une exposition individuelle à cet artiste célébré dans le monde entier.