flux RSS (nouvelles parutions)
English version
Sonic Youth (souvenir de Kurt Cobain)
Pierre Cécile [tous les titres]
Lenka lente [tous les titres]
imprimer envoyer un lien
retour au descriptif
 
extrait
 
C'est Kurt Cobain qui m'a fait découvrir Sonic Youth. A Tanger. Son moral n'était pas au mieux. Le mien, ça allait (j'étais sur le retour). « La basse, là… », il me désigne. On a écouté tout le premier album d'une traite. Kurt faisait des mouvements de la tête qui semblaient dire « ça, c'est bon » ou « ça, fallait pas le jouer comme ça ». J'ai quitté Kurt quelques jours plus tard, à la terrasse d'un café de Meknès – peu avant, j'avais consulté mon répondeur téléphonique à Paris : un message disait « Bon, t'es toujours pas rentré, nevermind. » J'adore ce genre de coïncidence, j'ai raconté ça à Kurt, « fun », il m'a dit, d'une voix monocorde et le regard vide, obnubilé par la mauvaise retransmission d'un match de foot, Algérie-Mauritanie. Le ballon est souvent sorti du terrain. Vu que l'arbitre en a bien sifflé dix rien qu'en première mi-temps, Kurt m'a demandé de lui expliquer le principe du hors-jeu.
Nous sommes maintenant debout l'un en face de l'autre, Kurt a pris mes mains dans les siennes : « Sonic Youth, OK, respect, sauf deux / trois trucs mais ça c'est de la tambouille de zicos… Enfin quoi, y'a autre chose dans la vie, tu devrais sortir, rencontrer des gens… Tiens, hier par exemple, la révélation dont je te parlais… Hier, figure-toi que j'ai fait un truc, mec. Un peu par hasard, je me suis retrouvé à la Manif pour tous… Shit, c'est beau toute cette jeunesse qui défile contre le mariage homo ; ils sont là, fiers, courageux, cousins parfois ! Ils ont un plan, se dessinent un avenir – qu'importe si c'est avec les règles du passé. Et moi, j'étais là, avec eux, et j'ai compris que tu ne peux pas passer toute ta vie à vivre « contre » la société. Pour la première fois depuis bien longtemps, j'ai ressenti le besoin de vivre « avec » et d'être « ensemble ». Et ça, ça n'a rien à voir avec leur combat, j'aurais jamais pu vivre sous Vichy, tu le sais bien, on en a déjà parlé… Mais quand même, à un moment donné, faut dire qu'y a de l'abus, et c'est pas avoir un problème avec la démocratie que de dire ça, mec… Crois-en mon expérience avec Courtney, deux hommes ne peuvent pas offrir une perspective d'avenir à un enfant. »
 
[haut de page]