Du fait de la situation sanitaire et des mesures de confinement, les expéditions sont actuellement regroupées pour être effectuées une fois par semaine : l'ensemble du catalogue reste ainsi disponible. Merci pour votre soutien et pour votre patience...
les presses du réel

Lire Marx

Reiner Schürmann - Lire Marx
Cette leçon, dont Mehdi Belhaj Kacem propose ici la traduction française, propose une réévaluation de l'œuvre de Karl Marx à partir de sa dimension philosophique. Reiner Schürmann offre une relecture radicale de la pensée de Marx, distincte du marxisme, en la rattachant au matérialisme transcendantal.
« Le titre est, bien entendu, inspiré par Althusser (“Lire Le Capital”) – mais de façon polémique. Par “lire Marx” j'entends lire Marx et non pas Engels, Mao, Gramsci, Lukács, Marcuse, Althusser et ainsi de suite. En d'autres termes : le but de ce cours est, avant tout, de délibérément désintriquer la pensée de Marx de la pensée marxiste. Une polémique avec certains marxistes sera ainsi menée en sous-main, par des allusions ponctuelles.
Un tel programme véhicule trois implications majeures :
Qu'il y a effectivement une différence de pensée entre Marx et le marxisme. Ce premier point sera établi à travers une lecture philosophique de Marx : l'hypothèse étant que ce qui se trouve de plus original dans Marx, ce n'est ni sa pensée politique, ni sa pensée sociologique ou économique, mais bien sa charpente philosophique. Cette charpente philosophique détermine et situe ses autres théories.
La seconde implication, c'est qu'un clivage entre Marx et les marxistes existe comme tel, qu'il peut être défini par certaines caractéristiques générales, et que ces caractéristiques générales différent de la pensée originale de Marx ou la restreignent. Il s'agit là d'un sujet passablement complexe, voire compliqué ; mais on peut résumer ce clivage en disant que le marxisme a surtout retenu de Marx les éléments utiles à l'action politique dans une situation donnée, urgente. Une théorie de la “praxis révolutionnaire” a donc pris la place de la philosophie.
La troisième implication est la précompréhension qui préside à l'approche du texte. Un texte est quelque chose d'imprimé : il représente comme tel un objet clos, constitué, fini. Mais nous n'en obtiendrons de réponses décisives que si nous le soumettons à des questions décisives. Et la question décisive que soulèvent les marxistes, c'est l'urgence d'une situation révolutionnaire (qu'elle existe de fait ou doive être réalisée). Leur question est donc généralement homothétique à celle de Lénine : “Que faire ?” C'est la question de ceux qu'Althusser appelle les “intellectuels militants” (pour Marx 24), et qui participent directement aux luttes de la classe ouvrière. Une telle “ lecture” de Marx est stratégique. Or, je tiens que la lecture stratégique ne peut que rester aveugle, de par sa nature même, au questionnement philosophique. Notre précompréhension des textes de Marx n'a, par conséquent, rien de stratégique ; elle est bien plutôt qu'ils proposent une réponse à la plus ancienne question de la philosophie occidentale : ti to on, savoir : qu'est-ce que l'être ? ou : qu'est-ce que la réalité, ainsi que son corollaire : qu'est-ce que la vérité ?
Donc : Marx versus marxisme ; le concept de “praxis” comme étant le concept différenciant Marx du marxisme ; une double théorie des textes. Développons plus avant ces trois points. »
Philosophe allemand, Reiner Schürmann (1941-1993) est né à Amsterdam et a vécu en Allemagne, en Israël et en France avant d'immigrer aux États-Unis dans les années 1970, où il a été professeur et directeur du Département de philosophie à la New School for Social Research de New York. Il est l'auteur de trois livres sur la philosophie, tous écrits en langue française : Maître Eckhart et la joie errante, Le principe d'anarchie : Heidegger et la question de l'agir et Des hégémonies brisées. Les Origines est son seul travail de fiction. Il n'a jamais écrit ni publié dans son allemand natal.
Académiquement peu visible, la pensée de Reiner Schürmann est aujourd'hui reconnue par Jacques Derrida, Dominique Janicaud, Gérard Granel, Giorgio Agamben ou Mehdi Belhaj Kacem, lequel la situe « véritablement à la hauteur de celle de Alain Badiou ».
Traduit par Mehdi Belhaj Kacem.
 
2021 (parution prévue au 1er trimestre)
édition française
13,5 x 21 cm (broché)
160 pages
 
18.00
 
ISBN : 978-2-88928-059-9
EAN : 9782889280599
 
à paraître
Reiner Schürmann : autres titres












 haut de page