les presses du réel
extrait
« Selon la formule que Georges Perec s'appliquait volontiers à lui-même, Christophe Cuzin est un « usager de l'espace ». Un usager dont la peinture, puisqu'il est peintre, n'invente rien, sinon à inventer ce qui existe déjà. « Le problème n'est pas d'inventer l'espace, écrit Perec opportunément, encore moins de le réinventer, mais de l'interroger, ou, plus simplement encore, de le lire… » Dans des architectures sans visibilité ni qualité particulière, Christophe Cuzin distingue des portions d'espace qu'avec les outils du peintre il qualifie.
Pourquoi Christophe Cuzin s'est-il affranchi du tableau pour élargir son terrain d'intervention à l'espace ? Pourquoi un peintre abandonne-t-il le tableau ? Aux raisons d'avoir recours au tableau et d'en faire usage répondent, on le suppose, des raisons de s'en distraire. Peut-être abandonne-t-on le tableau lorsqu'il n'est plus étrange, l'abandon du tableau ouvrant la peinture à l'étrangeté de l'espace ? Au demeurant, le passage du tableau au mur augmente l'espace et le temps, génère l'espace-temps d'un intervalle. »
Extrait du texte d'Alain Coulange


 haut de page