Roven n° 07 – Printemps-été 2012

extrait
Edito
Il était une fois... un monstre
(p. 5)


« Il y a des lignes qui sont des monstres (1) », affirme Delacroix, qualifiant ainsi les lignes droites et les serpentines régulières. Il met en valeur que de telles lignes n'existent ou ne résistent pas – quand elles sont créées par l'homme – à la nature. Ce point de vue est non seulement en opposition avec les théories artistiques de son temps et en particulier avec la doctrine du linéaire que défend Ingres, mais le terme même de monstre est à lire avec attention, car il personnifie la ligne, il en fait une créature.
Plus ou moins cachés, le mot, le concept, l'image du monstre courent tout au long de ce nouveau numéro de Roven : la ville monstrueuse, tentaculaire, dépourvue de centre, désertée et programmatique de Paul Noble ; le ou la monstre de Heidegger vu par Derrida dans le texte introductif de J. Emil Sennewald au dossier thématique consacré au dessin et à l'écriture ; les personnages de Sophie Lamm, les formes de François Bouillon, ou encore les objets tant dessinés que mis en volume d'Emmanuelle Lainé... cela ne s'arrête pas là, nous vous laissons les débusquer ou même les imaginer !
Nous souhaitons terminer en vous remerciant : Roven fête ses trois ans d'existence avec cette livraison. L'aventure qui a vu le jour avec autant d'enthousiasme que d'incertitude quant à sa pérennité se poursuit et se renforce, grâce à vous, à votre intérêt et à votre soutien, merci !

Johana Carrier et Marine Pagès


1. E. Delacroix, Journal, 1822-1863, Paris, Plon, 1996, p. 867.


 haut de page