Malgré les mesures de confinement, la distribution reste active : l'ensemble du catalogue est ainsi disponible pour les commandes-retraits en librairie aussi bien que pour les commandes en ligne sur notre site. Merci pour votre soutien !
les presses du réel

Cahiers Maurice Blanchot n° 01

extrait
Vers Blanchot
(p. 5)


Toute sa vie Maurice Blanchot a été un homme de revues. Tandis que par le travail de son écriture ses liens au livre sont allés en s'amenuisant avec le temps, sa participation, son attention, son assentiment à la vie des revues sont restés constants, depuis le journalisme d'avant-guerre, en passant par le projet d'une revue de poésie pendant l'Occupation, jusqu'à la tentative de fonder une Revue internationale laquelle, à force d'échouer, permit à son écriture d'atteindre l'exigence de fragments qui, dans un maintenant dégagé à la fois du temps hors temps du livre et de celui du quotidien, ouvre à l'inactuel qui est le véritable temps des revues.
Lancer des Cahiers Maurice Blanchot, ce n'est donc en aucune façon céder aux illusions d'actualité que cette forme peut encourager. Comme Nietzsche pour Heidegger, Blanchot demeure trop contemporain encore, d'un abord difficile, lisible uniquement dans un moment qui traverse le quotidien comme ce qui le fracture et en même temps le relance. Bref, aujourd'hui comme au début de sa carrière d'écrivain, au-delà d'une mort encore durement ressentie, l'écriture de Blanchot dérange.
C'est dire jusqu'où son époque l'aura, pour le moment, à peine lu. Pire encore, pressentant sans doute les dérangements que cette œuvre lui promet, l'époque, ne se contentant pas de ne pas le lire, se donne pour but – par des voies parfois détournées mais en fin de compte convergentes – l'étouffement, la suppression même de cette œuvre singulière.
Y a-t-il paradoxe plus grand que de voir l'écriture de Blanchot, qui offre une voie d'accès à l'actualité culturelle et politique, à ce que nous appelons notre époque, reléguée au passé et soumise aux jugements d'une bonne conscience trop soucieuse de sa tranquillité pour oser se laisser interpeller par cette voix qui l'accompagne ?
Sans se désolidariser de l'extraordinaire travail de recherche, d'édition, de recensement qui a pris son élan depuis quelque temps – saluant dans chaque livre qui paraît, chaque rencontre qui se projette, chaque intervention qui se diffuse, la preuve que l'exigence de l'écriture de Blanchot est toujours accueillie – les Cahiers Maurice Blanchot se donnent pour but d'introduire au sein de notre actualité ce qui dans l'exigence de cette œuvre la dérange, et de ce fait lui donne à se penser.

Monique Antelme
Danielle Cohen-Levinas
Michael Holland


 haut de page