En raison de la situation sanitaire, les expéditions sont actuellement interrompues. Les commandes sont bien entendu notées et seront traitées dès que possible. Merci !
les presses du réel

La double perspectiveLa science arabe et l'art de la Renaissance

extrait
(p. 28-31)


La plus célèbre invention de la Renaissance, la perspective picturale, emprunta sa dénomination comme la théorie mathématique de la vision au Livre de l'optique (Kitāb al-Manāzir) d'Ibn Al-Haitham, connu aussi sous le nom d'Alhazen. Dans sa traduction latine du xiiie siècle, le titre du traité arabe était « Perspectiva » ou « De Aspectibus », et fut conservé jusqu'à ce que Frédéric Risner le remplace par « Optique », terme d'origine grecque, dans la première édition imprimée de 1567. Dès lors, cette préhistoire étonnante sombra dans l'oubli, tant du fait de la nouvelle dénomination de la discipline traitant de la théorie visuelle, qu'en raison des progrès que la discipline réalisa à l'ère de Descartes et de Kepler, progrès pourtant dus, il est vrai, à une réévaluation des résultats et des méthodes d'Alhazen. Au xviie siècle à Amsterdam et à Delft, on proposa même de nouvelles solutions au « problème d'Alhazen » en expliquant les rayons visuels et leur réflexion dans le miroir.
Bien que la traduction latine d'Alhazen fut promise à un succès durable dès lors que les philosophes scolastiques s'en saisirent pour la soumettre à la discussion de ceux qu'on appelait les « perspectivistes », à savoir Vitellion, Roger Bacon et John Peckham, les philosophes de la Renaissance comme Blaise de Parme et les artistes comme Filippo Brunelleschi, architecte du dôme de la cathédrale de Florence, ou l'humaniste Leon Battista Alberti, auteur du premier texte sur la perspective, prirent une autre voie. Leur objectif, conforme à l'idéologie de la re-naissance, était d'occulter la contribution arabe ou de la marginaliser en faveur de la géométrie euclidienne, alors même qu'Alhazen, par ses expériences et découvertes, avait surpassé ses prédécesseurs grecs. On comprend ainsi qu'Alhazen soit un sujet pour l'histoire des sciences, et qu'il ne soit guère traité par l'histoire culturelle ou l'histoire de l'art.
Mes recherches ont fait partie d'un projet qui portait sur l'histoire de la vision comme problème relevant tant de l'histoire culturelle que de la théorie de l'image (1). C'est pourquoi mon but était de distinguer la théorie visuelle, une question d'optique plongeant ses racines dans les sources arabes, et la théorie picturale, devenue un projet occidental. Le rôle des mathématiques diffère selon les cas. Dans le premier, les mathématiques s'appliquent à la géométrie censée rendre visible la course de la lumière, tandis que dans l'autre cas, les mathématiques s'appliquent à la géométrie comme outil de la représentation picturale. Il n'a pourtant jamais été question d'images dans la culture arabe. Alhazen distinguait les images comme productions mentales du cerveau, des effets de la lumière sur l'œil, soumis à des explications mathématiques. Ainsi nous ne traitons pas seulement ici des rapports entre la science et l'art, mais aussi d'une différence fondamentale dans l'appréhension du monde visible et du visible dans le monde.

(...)


1. Voir mon livre Florenz und Bagdad. Eine westöstliche Geschichte des Blicks, Munich, Beck, 2008.


 haut de page