les presses du réel

extrait
Isa Melsheimer : L'espace entre Camille Morineau
(extrait, p. 7-8)
© Analogues, Camille Morineau



Née en 1968 et vivant à Berlin, Isa Melsheimer appartient à une génération d'artistes auxquels la maturité permet de mesurer très exactement la trajectoire – et bien souvent l'échec – des utopies qui ont accompagné leur adolescence et leur vie de jeune adulte. Derrière les grands rêves historiques – des révoltes idéologiques et philosophiques des années 1960 jusqu'à la chute du Mur de Berlin – l'histoire ne leur a laissé à déchiffrer que les ruines d'une époque, presque celles d'une civilisation qui peinerait encore à se relire. Bâtiments détruits ou voués à une lente déréliction, mégalopoles en expansion sans plan d'urbanisme ni identité commune, populations laissées pour compte au cœur même d'une société de consommation omniprésente... Il s'agit d'un monde à l'implosion lente, où les disparités entre riches et pauvres ne font que se creuser, et où la nature, inexorablement, court à sa perte sous les mains de l'homme, sommet de Copenhague nonobstant ou aidant... Ces traces laissées par l'histoire de leur temps ont la forme de ce qu'elles révèlent : des témoignages forcément discrets d'une lente désagrégation des valeurs. Interprètes de ces signes ambigus, les artistes contemporains soucieux de rendre compte du présent ne peuvent être que d'humbles prophètes d'un possible, et très fantastique – au sens où le récit doit être en partie rêvé – renouveau.
Très représentative de cette génération à l'engagement social affirmé mais discret, Isa Melsheimer nous apprend que la faillite des utopies peut coexister avec une nouvelle forme de romantisme, qu'il est possible de faire du nouveau avec de l'ancien, et que de multiples niveaux de lecture sont nécessaires pour décrypter les apparences. Subtilité, patience, travail de fourmi donnent lieu à des solutions plastiques extrêmement diverses, où papier et tissu coexistent avec pierre et verre, le tout petit avec le très grand, la broderie avec l'interprétation d'images tirées du Web. Où les jeux d'échelles et de matériaux, le travail manuel et en particulier le dessin, les références historiques et en particulier littéraires, sont de nouveau placés au cœur du travail.
Bien souvent, c'est une narration d'un type nouveau – où le privé se mêle au médiatique, le fantastique à l'historique, le fictionnel au documentaire – qui sert d'échappatoire, et offre cette possibilité d'un « autre monde ». Cet univers parallèle n'a la prétention ni d'être nouveau ni même d'être forcément meilleur, mais à la différence de l'ancien il est discret, hybride et foisonnant ; il se développe en creux, avec légèreté, dans les niches d'une histoire officielle hantée par ses utopies et ses fantômes.
« Ce n'est pas l'architecture en tant que telle qui m'intéresse ni les noms des architectes – par exemple Foster dans le cas du projet de Nîmes – ou même seulement leur projet. Quand je m'y intéresse, c'est toujours par rapport à un lieu précis où je dois intervenir. Sinon, plus généralement, ce sont les espaces non architecturés, les “entre-deux” et autres espaces intermédiaires, que je traite dans mon travail » (1).


1. La plupart des références sont issues d'un long entretien que j'ai pu avoir avec l'artiste et dont je la remercie ici, ainsi que Françoise Cohen qui a rendu cette rencontre possible.


 haut de page