les presses du réel

Infinite Mercy

extrait
Alan Suicide Vega – Infinite Mercy ? Let U$ Pray !
Mathieu Copeland
(p. 30-31)


Figure de la scène alternative artistique new-yorkaise dès la fin des années 60, pionnier du rock électronique minimal et cofondateur du groupe Suicide, Alan Vega s'est affirmé par son art comme l'un des artistes et musiciens les plus influents, faisant du Punk le manifeste d'une raison de vivre.

En 1969, Alan Suicide (né Alan Bermowitz en 1938 à New York, où il vit) est l'un des cofondateurs de « MUSEUM, A Project of Living Artists » (MUSÉE, Un Projet d'Artistes Vivants), un des premiers lieux alternatifs « artist-run spaces » new-yorkais. Ouvert 24h/24, et dédié à toutes les formes d'art, aussi bien visuelles que musicales et cinématographiques, ce lieu devient vite un tremplin pour un grand nombre d'artistes et de musiciens. Dans cet univers saturé, celui qui allait devenir à partir de 1977 Alan Vega trouve un environnement idéal pour vivre son œuvre musicale et artistique.

À la fin des années 50, Alan Bermowitz étudie notamment avec Ad Reinhardt et Kurt Seligmann au Brooklyn College, et se concentre dans un premier temps sur la peinture, puis le dessin. À la fin des années 60, son intérêt se porte sur la lumière : il crée ses premières « light sculptures », des sculptures lumineuses faites d'assemblage d'objets divers composées d'ampoules, de câbles, de télévisions et de néons de toutes formes et couleurs.

Anti-esthétique, antiforme, le pendant d'un Arte Povera « un-made in THE USA », son œuvre embrasse la réalité contemporaine dans laquelle il vit. Faisant fi de toute préciosité, il recycle aussi bien ses propres œuvres que les déchets de la réalité qui l'entoure. De 1969 à 1973, il recycle inlassablement ses propres sculptures lumineuses, les remodelant au gré de ses expositions solo successives; et ce encore en 2002 lors de son exposition solo chez Deitch Project à New York ou en 2009 lors de son exposition rétrospective au Musée d'art contemporain de Lyon, où il retravaille ses œuvres passées pour en faire de nouvelles pièces. En complément logique, en 1975 lors de sa dernière exposition chez OK Harris (la galerie qui le révèle dès 1970), Alan Vega récupère dans la rue les matériaux qui constitueront les éléments de son œuvre et les présente dans la galerie. À l'issue de l'exposition, il les rend à leur réalité première, les retournant à la rue.

Le présent ouvrage se compose d'un long entretien réalisé avec Alan Vega et des discussions et mémoires avec l'écrivaine et commissaire Edit DeAk, avec qui Alan écrit dès le début des années 70 une longue partie de son aventure artistique, notamment au travers d'Art-Rite – un fac-similé du numéro 13 d'Art-Rite ouvre d'ailleurs ce livre, soit 24 pages entièrement réalisées par Alan Suicide en 1977 ; avec son co-précurseur avant-gardiste Marty Rev, qui, à travers leur œuvre commune Suicide, crée une importante page de la musique rock et punk ; avec l'artiste et cinéaste Paul ‘Cool P' Liebegott qui accompagne Alan dès la première heure de MUSEUM et ce jusqu'au tournant du premier album de 1977 ; avec Ric Ocasek, influent musicien, champion et collectionneur d'Alan, et dès 1979 fréquent producteur des disques de Suicide et Alan Vega; avec le musicien et artiste Marc Hurtado qui en solo ou avec son groupe Étant Donnés contribue à la brillance de l'étoile Vega ; avec le cinéaste Philippe Grandrieux à travers une image réalisée en écho à « Sombre », comme une plongée dans le noir du champ cinématographique ; et finalement avec le musicien, écrivain et « spoken-word artist » Henry Rollins, qui travaille par les mots chacune des pages de l'œuvre d'Alan Vega « Let U$ Pray », le cahier de 16 pages spécialement réalisé pour conclure la présente publication, révélant ainsi une lecture frontale et sans compromis de notre réalité contemporaine.

Cette œuvre fondamentale nous rappelle la nécessité d'accepter un art qui ne serait pas celui de la production fétichiste d'objets mais au contraire celui qui consisterait à embrasser l'éphémère de toute chose, de refuser toute préciosité et idolâtrie. Nous oscillons entre la résignation d'attendre une grâce infinie (An Infinite Mercy) et le possible confort qui se dégage de ces mots funestes à l'ironie certaine trouvée par Alan Vega dans quelques journaux : Let U$ Pray, soit Laissez-Nou$ Prier. Laissez-nous prier l'avènement du grand capital, laissez-nous prier l'avènement des États-Unis du Grand Capital, laissez-nous prier pour une part de ce Grand Capital, laissez-nous prier pour la ruine du Grand Capital, ou encore, simplement, laissez-nous prier… Alan Suicide Vega œuvre depuis la fin des années 60 à un engagement radical et sans compromis, faisant de son art l'instrument du suicide de la société pour mieux en permettre sa rédemption, ce à quoi nous serions tenté d'ajouter : $o be it (qu'il en $oit ainsi) !
Alan Vega : autre titre



 haut de page