Roven #03 – Spring-Summer 2010

extract
Édito
Le dessin en marche


« Le monde m'apparaît comme un labyrinthe. Je veux y trouver mon chemin et c'est en dessinateur que je dois le faire. »
Alfred Kubin (1)

Nous dessinons tous, souvent de façon abstraite, presque malgré nous. En premier lieu nos déplacements, nos déambulations, nos gestes, créent une forme, figurent un dessin. Si nous superposions ces traces les unes sur les autres tels des calques, le résultat pourrait être un enchevêtrement de courbes, des lignes à l'organisation surprenante ou d'une grande confusion.
Dessinons-nous toujours, sans même nous en rendre compte et sans y mettre une intention ? C'est justement celle-ci, l'intention, qui change la donne : elle va définir un dessin. Les choix déterminent ce qui se passe sur et en dehors de la feuille. Tout comme le « résultat », le processus de travail ou le chemin pour aller vers un dessin est capital. Il est même, parfois, l'œuvre.
Entre les lignes, ce troisième numéro de Roven nous parle aussi de cela, du cheminement qui fait déjà partie d'un travail, qui le porte, l'aide ou définit son devenir.

Johana Carrier et Marine Pagès


1. Alfred Kubin, Le Travail du dessinateur, Paris, Allia, 2007, p. 44.


 top of page