flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
La Boîte à fiches
Raymond Hains [tous les titres]
Analogues [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Raymond Hains La Boîte à fiches
Préface de Catherine Elkar.
Introduction et postface de Marion Daniel.

Coédition FRAC Bretagne, ODDC/galerie du Dourven.
paru en 2006
édition française
16,5 x 23,5 cm (broché)
240 pages (ill. coul.)
28.00 €
ISBN : 978-2-91577-210-4
EAN : 9782915772104
en stock
 
Photographies des lieux de l'enfance de l'artiste, accompagnées des retranscriptions d'un discours de Raymond Hains et de notes de lecture.
A l’origine de La Boîte à fiches, un travail de photographies réalisées par Raymond Hains en 2003 en Bretagne, entre Saint-Brieuc, Dinard et Saint-Malo. Ces lieux sont ceux de son enfance, ils alimentent toutes les histoires, « constructions de l’esprit » ou simples digressions. Le récit oral constamment recommencé par Raymond Hains est le moteur de cet ouvrage comme il est le moteur de son œuvre. Des retranscriptions du discours de l’artiste accompagnent ses photographies, témoins de sa pratique des glissements, du texte à l’image et de l’image au texte. Aux photographies et aux discours, s’ajoutent des notes de lecture. A travers tous ces documents, Raymond Hains voulait montrer le chantier d’une œuvre, le cheminement des « découvertes ». Ce matériau s’articule suivant trois approches, chacune placée sous l’égide d’un personnage majeur pour lui. La première, celle des « souvenirs  d’enfance », dit l’importance de Freud. La seconde s’attache à retrouver les ressorts d’une méthode, montre les rapports de l’artiste au livre et aux écrivains. Elle est conçue à l’aune de Mallarmé. La troisième tente de donner une forme au projet de Raymond Hains d’écrire une véritable encyclopédie sur son « entourage », tant artistique que personnel, une encyclopédie qui dise le vaste tissage de liens auquel il travaillait sans cesse. La figure de Jacques Lacan, qui pratique les coq-à-l’âne, est cette fois convoquée. « Il faut avancer nos notes et nos fiches ! », rappelait constamment Raymond Hains, qui pourrait être le continuateur du projet d’une « raison par l’alphabet », initiée par Voltaire. Il invente une lecture « à sauts et à gambades », met en œuvre une pensée de l’entrelacs. Les figures de Malherbe et de Malesherbes, de Chateaubriand et de Tocqueville, de Louis Guilloux et de Camille Bryen se rencontrent parfois autour d’un mot, d’un souvenir, guidant l’écriture d’une mythologie personnelle amusée. Ce récit est à lire dans tous les sens, à condition bien sûr de le faire circuler sous le manteau…
Raymond Hains (1926-2005) est l'un des artistes fondateurs, avec Jacques Villeglé, du mouvement des Nouveaux Réalistes. Depuis les affiches lacérées et les palissades qui l'ont rendu célèbre (1949), jusqu'aux œuvres photographiques et Macintoshages, son travail se développait entre la trouvaille et la construction. Son utilisation de logos et de noms propres, son invention de jeux de mots, ouvrait la possibilité d'associations sans fin.