flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Marcel Broodthaers – Moule, Muse, Méduse
Jean-Philippe Antoine [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Littérature [tous les titres] – collection L'espace littéraire [tous les titres]
Jean-Philippe Antoine Marcel Broodthaers Moule, Muse, Méduse
Conception graphique : M/M (Paris).
paru en 2006
édition française
15 x 21 cm (broché)
112 pages (12 ill. n&b)
10.00 €
ISBN : 978-2-84066-176-4
EAN : 9782840661764
en stock
 
Un essai critique en sept coup sur le jeu de bascule ironique institué par Marcel Broodthaers entre poésie et espace des arts plastiques, dans le prolongement de Mallarmé, pour faire surgir de nouvelles formes d'expositions et d'éditions, mettant en lumière les conditions de la production du sens au XXe siècle et les mythes qui la soutiennent.
En 1964, le poète belge Marcel Broodthaers se vend aux arts plastiques en se faisant « artiste Pop ». Cet abandon de la Muse au profit de la fabrication de produits visuels a pour parrain Mallarmé : son Coup de Dés a inventé « l'espace moderne et contemporain de l'art », contre l'exaltation kitsch du chant issue du Romantisme. Mais cette entreprise de démythification par l'espace, soumise sans répit à la marchandisation bourgeoise qu'elle avait pour vocation de contrer, continue d'être habitée de muses et de sirènes invisibles. C'est à restituer leur présence que s'emploie Broodthaers, en transformant par des usages inédits des matériaux « littéraires » empruntés à Nerval, Baudelaire, Mallarmé ou Heine. Surgissent ainsi, sous forme d'expositions et d'éditions, la préhistoire au XIXe siècle de la société du spectacle, sa survivance prolongée dans notre présent, et les modules de résistance qui s'y lovent.
Dans le jeu de bascule ironique institué par Broodthaers entre poésie et arts plastiques, Jean-Philippe Antoine repère l'invention d'un outil d'investigation créatrice, et l'essai d'une politique artistique que ne récupèrerait pas par avance le spectacle de la culture.

« L'écriture de Jean-Phillippe Antoine se place délibérément dans les pas de Marcel Broodthaers en emportant aussi bien les arts plastiques que la poésie pour livrer un essai stimulant. »
Olivier Michelon, Vient de paraître
Seconde édition (2015).

Voir aussi Marcel Broodthaers ; L'Action restreinteL'art moderne selon Mallarmé (conférences) / Marcel Broodthaers trente ans plus tard (une conversation).
Philosophe, professeur d'esthétique et critique d'art, Jean-Philippe Antoine enseigne à l'Université Paris 8. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur les arts de la mémoire et la peinture italienne des XIIIe et XIVe siècles à L'École des Hautes Études en Sciences sociales à Paris, et poursuit depuis ses recherches sur la question de la mémoire, de l'image et du lieu dans une perspective philosophique et anthropologique.
Il s'intéresse aux questions de mnémonique tant au Moyen-Âge qu'aux XIXe et XXe siècles, et dans le travail de certains artistes contemporains tels que Joseph Beuys ou Mike Kelley. Il a également travaillé sur la question du récit de vie dans l'œuvre de Vasari, et sur l'œuvre de Samuel Morse, peintre, photographe, théoricien de l'art et inventeur du code Morse et du moderne télégraphe électrique.
Plasticien, il mène des travaux sur des supports multiples : peintures, constructions, installations, et performances sonores (en collaboration notamment avec Leif Elggren). Il a récemment publié chez Firework Edition Records Nouvelles musiques anciennes.